La manifestation anticapitaliste de la CLAC mène à une centaine d'arrestations

RCQC  |  Par Publication: 1/05/2012 18:30 Mis à jour: 2/05/2012 06:13

Arrestation Manif Calc

Montréal a été le terrain de trois manifestations distinctes mardi. Deux rassemblements étaient organisés à l'occasion de la fête des Travailleurs, tandis que les associations étudiantes poursuivaient dans la rue, pour une huitième soirée, leur mouvement de contestation contre la hausse des frais de scolarité.

Une première manifestation, organisée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC), a été déclarée illégale par le Service de police de la Ville de Montréal peu après 18 h. Quelque 107 personnes ont été arrêtées.

Invoquant « plusieurs actes criminels », les policiers ont demandé aux manifestants de quitter les lieux. Plusieurs projectiles auraient été lancés et un citoyen aurait été blessé, selon le SPVM, qui dit avoir utilisé des « irritants chimiques utilisés pour disperser la foule ».

Après avoir les consignes aux manifestants, des policiers avaient indiqué aux protestataires qu'aucun acte illégal ne serait toléré.

Selon les journalistes de Radio-Canada sur place, le nombre de manfestants était estimé à 1000, avant que l'ordre de dispersion ne soit donné. La foule comptait une soixantaine de membres des Black Bloc, un mouvement anarchiste qui n'appartient à aucune organisation formelle.

Des manifestants se sont rendus au parc Émilie-Gamelin, près du métro Berri-UQAM, où ils ont affronté les policiers dans une atmosphère tendue.

Les organisateurs de la marche n'avaient pas communiqué l'itinéraire. Le rassemblement, qui à ses débuts ne réunissaient que des dizaines de personnes, s'est amorcé près du métro Champ-de-Mars en fin d'après-midi.

Les organisateurs avaient lancé un appel très large aux laissés pour compte de la société. Les manifestants disent défendre les droits des travailleurs, des étudiants et de toutes les personnes en situation précaire.

Avant que la manifestation ne se mette en branle, une arrestation avait déjà été effectuée, ce qui a suscité une confrontation avec les policiers. Le SPVM a dit avoir arrêté un homme qui avait violé les conditions imposées par le tribunal en participant à ce rassemblement.

Les relations entre la CLAC et les policiers sont, de façon générale, assez tendues. Des manifestations antérieures ont donné lieu à de nombreuses arrestations.

Étudiants et syndiqués unis

Fer de lance de la lutte contre la hausse des droits de scolarité depuis plusieurs semaines, les associations étudiantes se sont en outre jointes aux syndicats et au mouvement Occupons Montréal pour le rassemblement le plus imposant des deux. Les organisateurs attendent 20 000 participants, alors qu'ils ne sont habituellement que 5000.

Sous un temps plutôt gris, la marche a débuté vers 19 h, à partir du parc Molson, à l'angle des rues d'Iberville et Beaubien, et tout s'est déroulé dans l'ordre selon le SPVM. Le groupe a atteint son point d'arrivée, le parc Père-Marquette, entre le boulevard Rosemont et la rue des Carrières, vers 20 h.

Les représentants de la Fédération étudiante collégiale (FECQ), de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) devaient prononcer une courte allocution avant le départ de la marche.

Les étudiants tiendront par ailleurs une autre manifestation étudiante nocturne, la huitième en autant de soirs. Celle d'hier a rassemblé entre 8000 et 10 000 personnes, selon les estimations du SPVM.

Loading Slideshow...
  • (PC/Graham Hughes)

  • (PC/Graham Hughes)

  • (PC/Graham Hughes)

  • (PC/Graham Hughes)

  • (PC/Graham Hughes)

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Jean-Philippe Cipriani  |