Michel Tremblay ouvre la 40e saison de Duceppe

Le Huffington Post Québec  |  Par Publication: 23/04/2012 16:00 Mis à jour: 24/04/2012 10:03

Duceppetherese

Petites misères et grands drames sont au programme de la 40e saison du Théâtre Jean-Duceppe de Montréal, dévoilée lundi. La compagnie présentera entre autres deux pièces québécoises, Thérèse et Pierrettte à l'école des Saints-Anges de Michel Tremblay et Les Muses orphelines de Michel Marc Bouchard.

Milieux populaires, combats quotidiens, expérience de la douleur et de la solidarité. La compagnie propose dès l'ouverture de sa saison deux pièces qui explorent l'univers de femmes en lutte pour survivre, accrochées à l'amitié comme à une seule bouée. Du 12 septembre au 20 octobre, le metteur en scène Serge Denoncourt signe l'adaptation du roman de Michel Tremblay, Thérèse et Pierette à l'école des Saints-Anges. Campée dans les années 1940 au Québec, l'histoire raconte les aventures de jeunes filles de sixième année avec, en toile de fond, une réflexion sur la condition des femmes.

Avec lucidité et sans misérabilisme, la pièce Du bon monde du dramaturge américain David Lindsay-Abaire plonge au cœur d'une Amérique à la dérive. La comédienne Josée Deschênes y incarne Margaret, le personnage principal. Mère d'une enfant handicapée, tout juste licenciée du Dollar Store, celle-ci poursuit inlassablement sa quête de travail entre les coups bas et les petits bonheurs de la vie. «C'est une pièce qui traite des gens de peu moyens, explique Mme Deschênes, mais qui ont une fierté, une dignité. Et ça parle de solidarité féminine aussi.» Une histoire qui la touche beaucoup, et dont l'univers peut, selon elle, trouver certains échos dans les pièces de Michel Tremblay.

Le Théâtre Jean-Duceppe change ensuite complètement de registre avec Un Village de fous, de l'Américain Neil Simon. La pièce se veut «un pur divertissement», de l'avis de la directrice générale de la compagnie, Louise Duceppe. Comédie aux accents merveilleux, elle met en vedette Antoine Durand dans le rôle d'un jeune professeur. Celui-ci doit guérir en 24h tous les habitants d'un village devenus fous afin de pouvoir épouser la fille (Émilie Bibeau) qu'il aime .

En 1965, au Lac-Saint-Jean, la famille Tanguay est au bord de l'éclatement. Les secrets qui entourent le départ de la mère viennent hanter les quatre enfants, qui sont confrontés à leurs propres mensonges et trahisons. Pour la metteure en scène Martine Beaulne, le rapport à la mère et la survivance sont autant de thèmes qui font des Muses orphelines un drame universel. Éric Bruneau, Catherine de Léan, Nathalie Malette et Macha Limonchik sont en vedette dans cette pièce de Michel Marc Bouchard. Présentée du 20 février au 30 mars au Théâtre Jean-Duceppe, elle partira ensuite en tournée à travers le Québec.

Les guerres de pouvoir et les luttes d'influence sont au cœur de la dernière pièce de la saison, le suspens historique Le Diable rouge d'Antoine Rault. Dans cette pièce à intrigues, Monique Miller se glisse dans la peau de la régente Anne d'Autriche. «Elle sait ce qu'elle veut, elle n'est pas méchante. Le Diable rouge, Mazarin, est pas mal plus ratoureux qu'elle. Ils se battent ensemble. C'est [une pièce sur] le pouvoir politique, le pouvoir de l'argent, et le pouvoir de l'amour aussi.» C'est avec joie qu'elle retrouve sur les planches Michel Dumont, qui incarnera Mazarin. L'histoire est centrée autour des stratagèmes du cardinal, qui veut empêcher Louis XIV d'épouser sa nièce, un mariage qui nuirait aux intérêts politiques de la France.

Tous les détails de la programmation de Duceppe se trouvent sur le site internet de la compagnie.

Loading Slideshow...
  • La 40e saison du Théâtre Jean-Duceppe

    Crédit: François brunelle.

  • Thérèse et Pierette

    Crédit: François brunelle.

  • Du bon monde

    Crédit: François brunelle.

  • Un Village de fous

    Crédit: François brunelle.

  • Les muses orphelines

    Crédit: François brunelle.

  • Le diable rouge

    Crédit: François brunelle.

Suivre Le HuffPost Québec