Appels trompeurs: une ex-employée d'un centre d'appels témoigne

Publication: Mis à jour:
APPELS FRAUDULEUX TEMOIGNAGE
(Shutterstock) | Shutterstock

OTTAWA - Une ex-employée d'un centre d'appel qui a travaillé pour le Parti conservateur lors des dernières élections fédérales affirme avoir reçu l'ordre de dire aux gens qu'Élections Canada avait changé l'emplacement de leur bureau de scrutin.

Dans une déclaration sous serment, Annette Desgagné soutient qu'elle et certains de ses collègues au centre d'appels de Responsive Marketing Group (RMG) à Thunder Bay, en Ontario, ont commencé à se douter de quelque chose lorsque des électeurs les ont questionnés au sujet de ce changement.

«Je me rappelle qu'une femme de Winnipeg m'avait dit que l'adresse que je venais de lui donner était située à plus d'une heure de chez elle», relate Mme Desgagné dans le document.

«J'ai tenté de régler le problème avec elle au téléphone pendant quelques minutes, mais elle était convaincue que la nouvelle adresse n'était pas bonne. Il y avait un numéro de téléphone au bas de l'écran devant moi que je devais donner aux gens s'ils avaient d'autres questions. Mais la dame m'a dit qu'elle avait appelé et que le numéro n'était pas bon.»

Selon Annette Desgagné, ses collègues ont vécu des situations semblables. Elle a raconté que, lorsqu'elle avait fait part de ses inquiétudes à ses superviseurs, il lui avaient simplement dit de s'en tenir au scénario qu'on lui avait fourni.

«Nos inquiétudes ont été ignorées et nous avons dû continuer à lire et à répéter le même message au sujet des changements d'adresse des bureaux de scrutin effectués par Élections Canada», affirme-t-elle dans sa déclaration.

Le témoignage de Mme Desgagné, qui fait partie de la poursuite intentée par le Conseil des Canadiens, reprend l'essentiel des allégations d'abord rapportées en février par le Toronto Star.

La dame a commencé à travailler pour RMG trois semaines avant les élections du 2 mai dernier. Au début, elle devait mentionner à ses interlocuteurs qu'elle appelait de la part du Parti conservateur avant de leur demander pour qui ils comptaient voter.

Quand elle tombait sur des partisans des conservateurs, elle leur demandait s'ils acceptaient de poser des pancartes sur leur terrain.

Selon Annette Desgagné, le scénario a changé environ trois jours avant le scrutin, éliminant toute mention du Parti conservateur. Les nouveaux messages indiquaient qu'Élections Canada avait déplacé certains bureaux de scrutin et dirigeaient les électeurs vers les nouveaux emplacements.

Les conservateurs ont retenu les services de RMG afin d'identifier leurs partisans (le «pointage») en prévision des élections fédérales du printemps dernier.

L'entreprise a indiqué que tous ses employés avaient reçu la consigne de signifier clairement à leurs interlocuteurs qu'ils téléphonaient au nom du parti.

RMG a également soutenu avoir communiqué avec des partisans conservateurs afin de les aviser que leur bureau de scrutin avait changé d'emplacement, soulignant qu'Élections Canada avait déplacé 127 bureaux juste avant les élections.

Le centre d'appels a précisé que l'objectif de cette démarche n'était pas d'empêcher des électeurs d'aller voter en les dirigeant vers une mauvaise adresse.