Huffpost Canada Quebec qc

Perquisitions à Mascouche

Publication: Mis à jour:

(Radio-Canada) L'Unité permanente anticorruption (UPAC) perquisitionne actuellement l'hôtel de ville de Mascouche, la résidence du maire Richard Marcotte et les locaux de la firme Transport et Excavation Mascouche, propriété de l'homme d'affaires Normand Trudel.

Selon nos informations, le maire Richard Marcotte, mêlé depuis des mois à diverses allégations de conflits d'intérêts, serait arrêté à son retour de Cuba. Normand Trudel doit aussi être interpellé.

Au total, 120 policiers sont à pied d'oeuvre pour effectuer cette série de huit perquisitions. L'opération est en cours depuis 6 h, mardi matin.

Les policiers doivent tenir un point de presse plus tard mardi à 11 h pour faire le point sur cette opération.

En entrevue au Réseau de l'information, la conseillère municipale Lise Gagnon a dit être incertaine de ce qui se produira si le maire Marcotte est arrêté. Elle se demande notamment s'il pourrait être destitué sans avoir été condamné. Elle souligne cependant que la municipalité a un maire adjoint et une direction générale qui peut assurer la gestion des affaires courantes.

Série de révélations troublantes

En novembre 2010, le maire Marcotte avait fait l'objet d'allégations de conflits d'intérêts, après que l'émission Enquête eut révélé qu'il avait obtenu des avantages personnels auprès de l'entrepreneur Normand Trudel.

Transport et Excavation Mascouche, qui a obtenu des contrats municipaux d'une valeur de près de 40 millions de dollars en 2008 et 2009, aurait réalisé gratuitement des travaux de plusieurs milliers de dollars à la résidence personnelle du maire Marcotte, et aurait posé pour lui des pancartes électorales lors de sa campagne.

Un autre entrepreneur, Jean-Guy Ouellet, avait affirmé que le maire Marcotte « lui avait laissé sous-entendre que pour travailler à Mascouche, on devrait participer au financement du parti politique », et lui avait même demandé de lui fournir « une maison gratuitement ».

Quelques semaines plus tard, une enquête du journal La Presse avait révélé que Transport & Excavation Mascouche, avait reçu plus de 400 000 $ pour déneiger les 617 bornes d'incendie de la ville, ce qui revient à 650 $ l'unité. Ailleurs au Québec, ces déneigements s'effectuent selon un tarif variant entre 45 $ et 85 $ de l'heure.

Le maire Marcotte siège comme indépendant depuis qu'il a été expulsé des rangs de son parti, quelques jours après les premiers reportages d'Enquête. Une coalition de citoyens a aussi écrit au ministre des Affaires municipales pour exiger qu'il soit destitué, mais en vain.

Le maire Marcotte a toujours nié avoir mal agi et est demeuré en place, malgré une grogne populaire qui est demeurée palpable lors des séances publiques du conseil municipal de Mascouche.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Construction: la (longue) marche vers une enquête
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Perquisition à Mascouche : Faits Divers : Vidéos

Série de perquisitions dans la construction | Justice et faits divers