BIXI international pourrait passer aux mains d'un groupe étranger

Publication: Mis à jour:
(Alamy)
(Alamy)

(Radio-Canada.ca)

Montréal serait sur le point de vendre les activités internationales de BIXI à une entreprise étrangère. La Ville entend en obtenir le meilleur prix et une entente pourrait intervenir dans les tout prochains mois.

Un groupe londonien serait très intéressé ainsi que deux acheteurs potentiels québécois. Il s'agit d'un groupe d'investisseurs institutionnel et d'un groupe d'investisseurs privé, qui ont manifesté eux aussi leur intérêt à acquérir ce produit québécois, qui fait la fierté de plusieurs dans la métropole.

Selon les scénarios avancés, les activités montréalaises pourraient être prises en charge par une entreprise paramunicipale ou par la Société de transport de Montréal.

Les activités internationales et québécoises pourraient aussi être complètement cédées. La Ville conserverait alors uniquement l'équipement montréalais.

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, les montants offerts pour ces transactions permettraient de rembourser la totalité de la dette de près de 40 millions de dollars contractée par BIXI auprès de la Ville de Montréal.

Dans le cas où une entreprise étrangère parviendrait à acheter BIXI, c'est tout le concept du vélo et de la borne qui passera aux mains du nouvel acquéreur.

Rien ne garantit que la fabrication de ce produit dans les ateliers de Devinci, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, puisse continuer. Une trentaine d'emplois pourraient être perdus.

La Ville souhaiterait que Québec revienne sur sa décision de forcer Montréal à vendre BIXI international. Au ministère des Affaires municipales, on maintient qu'il est nécessaire de céder ces activités.

EN VÉLO À TRAVERS LE MONDE:

Close
En vélo à travers le monde
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée