Huffpost Canada Quebec qc

La branche anglaise de la SRC donne les premiers détails de ses compressions

Publication: Mis à jour:

TORONTO - Les importantes compressions budgétaires touchant Radio-Canada/CBC forcent la remise en question de l'«ensemble» de la programmation, y compris des émissions anglaises populaires comme «Republic of Doyle» et «Heartland», a indiqué mardi la directrice de la programmation anglophone Kirstine Stewart.

Le diffuseur public a aussi annoncé la disparition de «Connect with Mark Kelley», sur les ondes du CBC News Network, et de «Dispatches», à l'antenne de la radio anglophone de la société d'État.

CBC Kids réduira également sa programmation, tandis que l'émission «Sports Weekend» se concentrera davantage sur les «sports de neige et de glace» pendant l'hiver et sur des programmes de prestige l'été.

Les décisions difficiles visant à gérer la réduction de 225 millions $ du financement fédéral comprennent la fin de six émissions déjà à l'antenne ou devant être diffusées prochainement à la télévision, a ajouté Mme Stewart, vice-présidente des services anglais de la CBC.

Selon elle, les décisions finales seront prises la semaine prochaine, et tout est conçu afin de protéger la programmation obtenant le plus la faveur des Canadiens, ce qui implique de réduire le spectre des émissions présentées au cours des dernières années.

Les employés de CBC ont appris mardi que la programmation télévisuelle et le secteur de l'information encaisseront le gros des coupures prévues pour les trois prochaines années.

Les bureaux des correspondants en Afrique et en Amérique du Sud seront ainsi fermés, et 88 employés du secteur de l'information perdront leurs emplois.

Au final, les services anglais élimineront 215 postes cette année, pour un total de 256 d'ici 2015.

Cet exercice minceur fait suite au dépôt du budget fédéral, il y a près de deux semaines, qui officialisait une réduction budgétaire de 115 millions $, ou environ 10 pour cent du budget total de la SRC/CBC.

Selon le président de la société d'État, Hubert Lacroix, d'autres pressions financières font grimper le total du manque à gagner à environ 200 millions $, sans compter 25 millions $ en primes de départ.

Du côté francophone, les détails des compressions seront connus plus tard.