Le rapport sur les F-35 modifiera le calcul des futures dépenses militaires

Publication: Mis à jour:
PETER MACKAY F35
Le ministre de la Défense, Peter MacKay. (AP) | AFP/Getty Images

HALIFAX - Le rapport du vérificateur général déposé la semaine dernière va forcer l'armée à calculer de nouveau les coûts d'achats d'équipement déjà prévus, dont le total doit se chiffrer en dizaines de milliards de dollars, a affirmé le ministre de la Défense Peter MacKay, mardi.

Selon M. MacKay, les coûts de fonctionnement de base — les salaires et le carburant, en passant par les lacets et les bottes de cuir — devront maintenant être inclus dans les projections financières de tout nouveau programme.

Dans ses critiques du programme d'achat des chasseurs furtifs F-35, le vérificateur général Michael Ferguson a pris le ministère de la Défense à partie pour ne pas avoir inclus dans ses estimations une somme de 10 milliards $ pour les dépenses de fonctionnement de base — comme le salaire des pilotes.

Au dire du ministre, la Défense nationale n'a jamais procédé de cette façon, mais le ministère se pliera à ces nouvelles exigences.

«S'il s'agit de la façon dont le vérificateur général veut que nous présentions les coûts des programmes à l'avenir, afin d'inclure les coûts des salaires, le carburant et les coûts fixes, alors nous agirons en ce sens», a-t-il dit alors qu'il se trouvait à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

«Et cela fait partie, je crois, de la leçon apprise.»

Cela signifie qu'un programme comme celui de l'achat de nouveaux navires, estimé à 33 milliards $, devra être réévalué pour inclure le salaire des marins et d'autres dépenses de fonctionnement.

Le ministre semblait exaspéré à l'idée de ce nouvel exercice comptable.

Les conservateurs se sont créé une «liste d'épicerie» contenant des navires, des avions et des chars d'assaut déjà commandés ou dans les plans, dans le cadre de la stratégie de défense souvent moussée à l'excès «Le Canada d'abord».

Lorsque celle-ci a été annoncée en 2008, des responsables ont estimé que la stratégie pourrait coûter jusqu'à 490 milliards, la majeure partie des sommes étant utilisées pour l'achat de nouveaux équipements, ainsi que pour leur entretien sur plusieurs décennies.

Le rapport de M. Ferguson a accusé l'armée de l'air de garder les décideurs politiques dans le noir en ce qui concerne les défauts du projet F-35 et d'avoir essentiellement truqué le processus pour obtenir le chasseur furtif.

Le ministre MacKay a évité une question mardi à savoir si de telles pratiques étaient révélatrices d'un problème systémique pour les achats des forces aériennes.

Les partis d'opposition ont exigé qu'ils démissionnent, ou qu'il soit congédié.