DIVERTISSEMENT

Imposs: l'essence du hip-hop dans son nouvel album, «Peacetolet» (ENTREVUE/PHOTOS/VIDÉO)

05/04/2012 09:37 EDT | Actualisé 05/04/2012 09:45 EDT

Le rappeur Imposs s'est offert une grande fête de famille pour célébrer le lancement de son deuxième disque solo «Peacetolet». En présence de plusieurs invités comme France d'Amour et Eddy King, il a distillé ses rythmes et déroulé ses rimes dans un Club Soda bondé.

«Si je suis ici, c'est grâce à vous», lance avec émotion Imposs, de son vrai nom S. Rimsky Salgado, entre deux chansons. La foule applaudit bruyamment à ses propos, avant d'osciller de nouveau têtes et bras au son de la musique. Le rappeur a voulu faire de son lancement un véritable spectacle, en compagnie de ses amis qui collaborent également à son album: Alfa Rococo, Barney, les membres de la formation Muzion, Corneille... Une belle façon de souligner «son grand retour à Montréal», lui dont le dernier disque remonte à 2007.

Rencontré un peu plus d'une heure avant sa performance, Imposs est tranquille et serein. Ce disque, il a pris près deux ans pour l'écrire. Parce qu'il voulait «prendre le temps de vivre un peu», de traverser le deuil d'un proche qui s'est suicidé. «Je voulais faire un disque qui allait toucher les gens, qui allait avoir un fond, justement à cause de la perte de mon ami. Je voulais en même temps lui rendre hommage.»

«Peacetolet» aborde la nécessité de lutter et l'urgence de vivre. Il comporte également une vaste critique de la société. Imposs, rappeur engagé? «On m'a donné cette étiquette-là. Et j'ai couru partout avec!», dit-il avant d'éclater d'un grand rire franc. «Dénoncer c'est rassembleur. Et c'est ça que je fais, surtout au début du disque.» Les inégalités sociales et les combats quotidiens sont, pour lui, autant de réalités qu'il évoque et dans lesquelles les gens se retrouvent. «J'ai une plate-forme, alors c'est important pour moi de dire tout ça, de retrouver cette unité-là avec le monde. [Dans un disque], je dis: “Mon fort je l'ai bâti et je l'ai bâti là où le monde il est”.»

Pour son deuxième album solo, le rappeur a tenu à partager le micro avec différents artistes, tous des amis qu'il a côtoyés au fil des ans. Ainsi, sur les seize pistes que compte le disque, dix sont interprétées en duo ou en trio. «On est tous musiciens, pourquoi ne pas faire de la musique ensemble? J'ai travaillé sur leur projet à eux. Je voulais les inviter dans mon univers hip-hop à moi. Quand on écoute ces pièces-la, ils ajoutent leur couleur, leur élément, mais ça reste une chanson hip-hop.»

Et le hip-hop, c'est son essence, affirme Imposs. On pourrait aussi bien dire: sa vie. Son pseudonyme est l'«abréviation» d'«impossible», un mot qui, selon lui, n'a pas de référent dans le réel. «J'ai eu toutes les probabilités contre moi. J'ai eu un passé difficile, je viens d'une famille pauvre. Aujourd'hui, si je peux faire de la musique, si on peut me voir [dans les médias], je suis un espoir pour tout le monde qui pense que ça ne se fait pas et que c’est impossible.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Imposs: l'essence du hip-hop