NOUVELLES

Qualité de vie au travail: le choc des générations, ou les jeunes contre les vieux?

04/04/2012 09:58 EDT | Actualisé 04/06/2012 05:12 EDT
Corbis

Philippe, nom fictif, travaille depuis plus de vingt ans dans un secteur névralgique en entreprise. L’arrivée récente de nouvelles machines vient bouleverser ses habitudes. Il doit apprendre à gérer un système complexe. À côté de lui, des plus jeunes travaillent à un rythme d’enfer et raflent ainsi les contrats convoités.

«Tasse-toi mon oncle» n’est plus juste un slogan publicitaire pour Philippe qui a été rétrogradé à un poste moins stimulant. Dans le milieu du travail, on donne de plus en plus de responsabilités à ces jeunes «Go getter» à l’attitude «killer» qui écrasent littéralement les boomers par leur vitesse, leur savoir-faire et leur talent.

Comment éviter le fameux choc des générations? Deux spécialistes en ressources humaines, France Lefebvre, présidente de Groupe Conseil Fortuna et Michel Maletto de Maletto Associés, analysent les faits et proposent leurs solutions.

Des loups partout

«Les nouvelles générations que ce soit X, Y ou C sont des gens très go-getter, très allumés. L’informatique ou la technologie n’ont pas de secrets pour eux. Cela peut sembler agressant pour un boomer qui se sent menacé si le jeune va parler directement au président de la compagnie», explique France Lefebvre.

Celle-ci n’est pas d’accord de qualifier les jeunes de «killer». «C’est un préjugé. Des loups, des gens agressifs, il y en a dans toutes les générations. C’est davantage une question de personnalité.»

Haro sur la productivité

Le spécialiste en développement organisationnel, Michel Maletto, observe que le contexte du travail a changé. «Autrefois, l’ancienneté garantissait un emploi. Aujourd’hui, ce qui assure un emploi, c’est la productivité.»

M. Maletto estime que les organisations valorisent les gens autonomes au boulot. «Partout, me raconte-t-on, la charge de travail augmente comme s’il n’y a pas de limite. C’est la résultante d’une mauvaise organisation. Des gens qui sont dépassés dans leur domaine de compétence.» Les entreprises, continuellement en mode opération et production, ont oublié de faire le ménage parmi le personnel de gestion.

Quelles les solutions concernant le choc des générations?

1. Communication 101

Mme Lefebvre incite les générations à se parler en toute franchise. «Il faut apprendre à parler le langage de l’autre. Pour sa part, Michel Maletto demande aux deux groupes d’échanger sur leurs perceptions respectives. «Il faut chercher à se comprendre et non à se convaincre et clarifier les attentes des uns et des autres.»

2. Des valeurs immuables

Dans le milieu du travail, l’âge est-il si important? «Il existe des valeurs qui sont fondamentales peu importe si on est jeune ou vieux. L’honnêteté, la crédibilité, bien servir les clients et un travail bien fait. Ce sont des valeurs qui ne changent pas», explique Michel Maletto.

3. Conjuguer sagesse et la fougue

France Lefebvre estime qu’une firme doit à tout prix profiter du mélange des différents groupes. «Les entreprises doivent se donner cette ouverture-là: pouvoir profiter de la sagesse des uns et de la fougue des autres. Ils vont ainsi aller chercher une richesse et un potentiel extraordinaires.»