Althia Raj Headshot

Les conservateurs abolissent l'organisme Droits et Démocratie

Publication: Mis à jour:
Le gouvernement fédéral annonce l'abolition de Droits et Démocratie, créée sous Brian Mulroney.
Le gouvernement fédéral annonce l'abolition de Droits et Démocratie, créée sous Brian Mulroney.

OTTAWA - Comme Le Huffington Post Québec le rapportait en matinée, le gouvernement fédéral a confirmé mardi son intention d'abolir Droits et Démocratie, une agence indépendante dont la mission était de promouvoir le développement démocratique et les droits de la personne. L'annonce a été faite par communiqué.

Établie en 1988 par le gouvernement progressiste-conservateur de Brian Mulroney, l'agence a été le théâtre de vives querelles internes ces dernières années.

Les nouveaux membres du conseil d'administration nommés par le gouvernement de Stephen Harper se sont opposés à ce que des bourses soient octroyées à des organisations qui osent critiquer le bilan d'Israël en matière de droits humains. Le professeur d'université Aurel Braun a même été jusqu'à affirmer que certaines de ces organisations étaient liées à des groupes terroristes.

Il y a deux ans, le président de Droits et Démocratie Rémy Beauregard a été terrassé par une crise cardiaque en sortant d'une réunion très tendue. Sa mort a entraîné une révolte du personnel, qui s'est ligué contre M. Braun et en a demandé ouvertement la démission.

L'actuel président, Gérard Latulippe, un ancien de l'Alliance canadienne, a toujours nié ces allégations. L'automne dernier, il envisageait même une mission en Libye pour Droits et démocratie au cours des prochains mois.

Mardi matin, Le Huffington Post a tenté sans succès de joindre les employés de l'agence, qui a son siège social à Montréal.

Par contre, nous avons pu communiquer avec un ancien membre du conseil d'administration. Selon Payam Akhavan, l'abolition de Droits et Démocratie était prévue dès l'élection des conservateurs. « Cette décision est purement idéologique et contribue encore une fois au déclin du Canada sur la scène internationale », a-t-il dit.

L'ancien chef du NPD Ed Broadbent a été le premier président de l'agence, et a occupé ce poste durant six ans. Il ne cache pas sa déception. «Durant plusieurs années, le président et les employés de Droits et Démocratie ont travaillé d'arrache-pied pour bâtir une agence de réputation internationale, entièrement vouée au développement démocratique et à l'amélioration des droits de la personne dans les pays visés, a-t-il dit. Malheureusement, certains membres du conseil d'administration ont mis fin à la neutralité de l'agence.»

«Il y a eu des décisions idéologiques au sujet du Moyen-Orient, bien entendu, mais la polarisation s'étendait au-delà de cette question, ajoute M. Broadbent. À mon avis, le climat de travail qui régnait à l'agence a grandement terni sa réputation et causé le décès de M. Beauregard.»

Selon son Rapport annuel 2010-2011, Droits et Démocratie a reçu 11 millions $ de financement du gouvernement fédéral.

Thomas Mulcair, nouveau chef du NPD, n'a pas tardé à réagir mardi, estimant que l'image du Canada dans le monde en souffrira. «C’est incroyable parce que Droits et démocratie représentait ce qu’il y avait de mieux au Canada. C’était une manière pour nous de se projeter sur la scène internationale. Depuis que les Conservateurs sont arrivés au pouvoir, notre crédibilité à l’international ne cesse de s’étioler», a dit M. Mulcair.

«Quand les Conservateurs ont retiré notre demande de devenir membre du Conseil de la sécurité des Nations Unies c’était pas parce qu’ils avaient peur qu’on perde. C’est qu’ils savaient qu’on allait être humilié parce que le Canada que les Conservateurs sont en train de projeter sur la scène mondiale est méconnaissable et aux Canadiens et au reste du monde. Notre voix n’est plus écoutée et on n’est plus là. On était souvent vu comme des justes partenaires dans des questions importantes à l’international. On a perdu tout ça depuis que les Conservateurs sont arrivés au pouvoir.»

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Les faits saillants du budget 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Gouvernement conservateur: après la reine, Dieu ? | L'actualité

L'attitude belliqueuse des conservateurs dénoncée | Martin Croteau ...

Deux conservateurs du Québec sont nommés au Sénat canadien ...

Budget fédéral: les environnementalistes sont amèrement déçus

Comment Harper nous fait reculer en plus de huit façons

Le gouvernement abolit Droits et démocratie

«Des coupures inutiles et idéologiques» - François Lapointe