Grève étudiante: Jean Charest sera la cible d'une autre manifestation

Publication: Mis à jour:
JEAN CHAREST CIBLE MANIFESTATION
Les étudiants en grève poursuivent leurs manifestations, et c'est le premier ministre Jean Charest qui sera la cible. (PC) | CP

LAVAL, Qc - Les étudiants en grève poursuivaient leurs manifestations dimanche, et la cible était le premier ministre Jean Charest.

Le premier ministre prononçait une allocution dimanche matin dans un centre de congrès de Laval, en présence des cinq députés libéraux de la région.

Une marche avait été organisée à proximité de l'établissement par l'Association générale des étudiants du Collège Montmorency (AGEM), qui représente plus de 5800 étudiants en grève depuis le 14 mars dernier.

Une centaine de personnes se sont déplacées, dont plusieurs familles, selon le porte-parole de l'AGEM, Alexandre Saint-Onge Perron.

Il ajoute que partout où seront le premier ministre et ses députés, les étudiants les talonneront afin de se faire entendre et d'obtenir une rencontre.

Par ailleurs, des centaines de personnes se sont rassemblées en milieu d'après-midi au parc Lafontaine, à Montréal, pour prendre part à un «Tour de l'île en Rouge».

Les cyclistes, vêtus de rouge, sont d'abord remontés vers le nord pour se rendre jusqu'à la rue Jean-Talon, ont ensuite bifurqué vers l'ouest pour contourner le Mont-Royal jusqu'à la rue Décarie. Ils ont terminé leur randonnée à l'angle des rues Sherbrooke et McGill, au centre-ville.

Selon la police de Montréal, la manifestation s'est bien déroulée et on ne rapporte pas d'incidents malheureux.

Entre-temps, des requêtes en injonction sont à l'étude pour interdire les piquets de grève devant certains établissements d’enseignement. Celle touchant le Collège d’Alma a été acceptée vendredi, de manière provisoire. Une autre concernant l’Université de Laval sera entendue lundi.

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) entend répliquer en faisant appel à divers avis juridiques. Le président de la FECQ, Léo Bureau-Blouin, déplore que les tribunaux se mêlent du conflit, les grèves étant un droit fondamental, selon lui.

La FECQ a également profité du week-end pour peaufiner une stratégie en vue d'élections générales qui pourraient être déclenchées dans les prochaines semaines. Dix comtés libéraux, élus par une faible majorité, seront visés par les étudiants.