Budget Flaherty: Bachand est inquiet de l'impact sur le Québec

Raymond Bachand Budget Flaherty

Première Publication: 29/03/2012 19:42 Mis à jour: 29/03/2012 21:30

QUÉBEC - Le budget Flaherty 2012-2013 n'augure rien de bon pour le Québec au cours des années à venir, selon le ministre des Finances, Raymond Bachand.

En point de presse, jeudi soir, M. Bachand s'est montré inquiet des répercussions à moyen terme sur le Québec de plusieurs mesures contenues dans le budget fédéral déposé le jour même à Ottawa.

La confirmation du nouveau plan de financement fédéral de la santé, tel qu'annoncé en décembre, est une décision totalement incompréhensible aux yeux du ministre, d'autant plus qu'elle a été prise de façon unilatérale, sans consultation des provinces. Il s'agit, pour Ottawa, de plafonner les paiements de transfert en santé au niveau de la croissance du PIB, d'ici 2018. Le plancher serait de trois pour cent.

M. Bachand n'admet pas davantage la volonté d'Ottawa de revenir à la charge avec une commission pancanadienne de valeurs mobilières, une idée rejetée par plusieurs provinces et par la Cour suprême, a-t-il rappelé.

Quant aux 19 200 postes coupés dans l'administration publique, le ministre s'est dit inquiet de la façon dont Ottawa allait procéder, par attrition ou mises à pied massives, ce qui pourrait avoir un impact important sur l'économie de l'Outaouais.

Il aurait par ailleurs apprécié être consulté sur la décision de reporter l'âge de la retraite de 65 ans à 67 ans, donc du report de deux ans du versement des chèques de pension, car pour plusieurs personnes le manque à gagner pourrait devoir être compensé par l'aide sociale versée par Québec. Ottawa prévoit, en principe, compenser les provinces, mais le ministre se montre méfiant sur les modalités.

«A moyen terme, (ce budget) vient confirmer des décisions qui font mal au Québec», selon le ministre Bachand.

«Il y a peut-être des mauvaises surprises à l'horizon» dans ce budget, «qui vont affecter des régions ou l'économie ou des sociétés en particulier». Ce n'est qu'après un examen approfondi du budget qu'il sera possible d'y voir plus clair, a-t-il poursuivi.

«C'est un défi que le gouvernement du Canada aura dans sa cour, mais qu'il faudra qu'on surveille, parce que ça peut tomber dans notre cour», selon lui.

Il s'est aussi montré préoccupé par les coupes importantes annoncées à Radio-Canada et à Téléfilm Canada. «Il ne faut pas toucher au fond de ce qui est très proche de notre culture», a-t-il dit.

De son côté, le porte-parole de l'opposition officielle en matière de finances, le député de Rousseau, Nicolas Marceau, a choisi l'ironie, en disant que c'était «le budget de l'abolition de la 'cenne' noire».

Comme le ministre Bachand, il s'est dit inquiet de l'impact sur le Québec du budget Flaherty, notamment sur les paiements de transfert en santé.

«Le gouvernement fédéral ne change pas son tir, ne change pas sa vision sur les transferts», a-t-il déploré en point de presse.

«Il y a de l'idéologie dans ce budget-là, c'est clair», a-t-il ajouté.

SUIVRE LE Québec

Publié par Myriam Lefebvre  |