Budget Flaherty: «On aurait pu être épargnés cette fois-ci», se désole le syndicat de la SRC

Cbc

Première Publication: 29/03/2012 18:15 Mis à jour: 29/03/2012 21:55

MONTRÉAL - Le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC) savait pertinemment que le budget de la société d'État serait amputé, mais cela signifie pas que l'annonce des compressions de 115 millions $ sur trois ans est facile à digérer pour autant.

Ultimement, ces coupes pénaliseront les citoyens canadiens, qui verront l'offre en information et divertissement réduite, estime le président du SCRC, Alex Levasseur.

Il a accusé le grand patron de la boîte, Hubert T. Lacroix, d'être au service de Stephen Harper plutôt que de se poser comme défenseur de la société d'État.

«Il n'a opposé aucune objection à ce qu'il y ait des compressions budgétaires, il les a acceptées et il a négocié lui-même le montant des compressions budgétaires, ce qui est particulièrement odieux», a dénoncé M. Levasseur.

Entre 700 et 800 suppressions d'emploi sont à prévoir en raison de ces nouvelles compressions budgétaires.

Ces pertes d'emploi s'ajoutent aux quelque 800 survenues il y a deux ans, rappelle M. Levasseur.

Ces purges successives ne pourront faire autrement que de laisser des «cicatrices majeures», selon le leader syndical.

«On aurait pu être épargnés cette fois-ci, parce qu'on est tellement touchés depuis tellement longtemps, année après année. On roule aujourd'hui avec un budget qui est à peu près le même que celui qu'on avait en 1991 (en dollars réels)», a laissé tomber Alex Levasseur.

Les mesures que CBC/Radio-Canada entend prendre au cours des trois prochaines années seront décrites plus en détail dès que possible, a indiqué le diffuseur public par voie de communiqué.

Le SCRC a déjà fait quelques recommandations à la haute direction à ce sujet. Il propose notamment de revoir le ratio cadres/employés afin d'économiser sur le plan de la gestion.

SUIVRE LE Québec

Publié par Myriam Lefebvre  |