Universités: la rémunération des recteurs sème la controverse

Publication: Mis à jour:
L'Université de Montréal
L'Université de Montréal

(Radio-Canada.ca)

Une compilation obtenue par Radio-Canada montre que certains recteurs d'établissements québécois reçoivent plus d'un demi-million de dollars par année, en incluant le remboursement de frais comme les repas d'affaires ou les déplacements.

Le président de la Fédération québécoise des professeurs d'université, Max Roy, s'indigne de la rémunération de certains recteurs. La plupart des universités sont autonomes et déterminent les salaires, mais l'argent provient en grande partie des fonds publics, rappelle-t-il.

« Ce qu'on trouve scandaleux, c'est que l'université c'est un bien public. On n'est pas dans l'entreprise privée, ce n'est pas des entreprises, c'est des services », ajoute-t-il.

La rémunération totale des recteurs varie en outre beaucoup d'une université à l'autre en 2009-2010. Selon la compilation, la rectrice de McGill, Heather Munroe-Blum, arrive en tête avec un salaire de base de 358 173 dollars, et de 596 061 dollars en incluant les remboursements de frais, devant Luc Vinet de Université de Montréal (370 937 dollars) et Denis Brière de l'Université Laval (355 244 dollars).

RÉPONDEZ À NOTRE SONDAGE:

Sondage rapide

Devrait-il y avoir une enquête sur le financement des universités et/ou sur le salaire des recteurs?

VOTER

Selon le professeur Yves Gingras, du département d'histoire de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), les rémunérations ne sont pas proportionnelles à l'importance de la tâche.

La rectrice de l'Université de Sherbrooke, Luce Samoisette, par exemple, reçoit 30 000 dollars de moins, en incluant les remboursements de frais, que Michael Goldbloom, le principal et vice-chancelier de Bishop, une université presque dix fois plus petite.

« Je pense que si on est sérieux, on ne peut pas croire que gérer ces deux universités-là, dont l'une est assez minuscule comparée à l'autre, ça réclame le même salaire », s'indigne Yves Gingras.

Rester compétitif

Pour Stuart Cobbett, président du Conseil des gouverneurs de l'université McGill, c'est plutôt une question de marché. « McGill est une institution internationale. Nous considérons nos compétiteurs comme les universités les plus connues au monde », dit-il.

Dans cette logique de marché, comparé au reste du Canada, McGill n'arrive pourtant qu'au 14e rangs des recteurs les mieux payés.

Le professeur Gingras craint pour sa part une « surenchère » des salaires des hauts dirigeants. « Le danger d'accepter ce marché c'est que maintenant l'Université de Montréal va vouloir le même salaire que McGill, qui est une université comparable, et là on va avoir une surenchère d'augmentation des salaires au moment où les universités ont des budgets de plus en plus serrés », prévient-il.

Par ailleurs, pour tout le réseau de l'Université du Québec, les rémunérations sont beaucoup plus basses, puisque le gouvernement y fixe les traitements.

Le recteur de l'UQAM, Claude Corbo, reçoit 186 826 dollars, comparativement à la rectrice de Concordia, Judith Woodsworth, à qui sont versés 502 666 dollars. Les deux universités sont pourtant de taille comparable.

Comme les étudiants en grève, les syndicats des professeurs demandent des états généraux sur l'éducation et exigent que le salaire de dirigeants fasse partie des discussions.