CH: Cole et St-Denis sont des preuves qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire

Erik Cole Canadiens

Première Publication: 28/03/2012 16:34 Mis à jour: 29/03/2012 14:57

BROSSARD, Qc - Erik Cole et Frédéric St-Denis ont tous deux fait la preuve, cette saison, qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire.

C'est ainsi que Cole connaît présentement la meilleure saison de sa carrière au chapitre des buts, alors qu'il a pourtant connu un lent départ à son arrivée avec le Canadien. St-Denis, lui, a gagné l'estime de ses entraîneurs en dépit du fait qu'il ne semblait pas y avoir de la place pour lui au sein de la formation montréalaise en début de campagne.

Cole a marqué son 31e but de la saison, mardi, face aux Panthers de la Floride. Il a ainsi déjà dépassé, avec cinq matchs à disputer, sa marque personnelle de 30 filets établie en 2005-06. L'exploit n'est pas banal puisque le vétéran de 33 ans avait disputé toute sa carrière de neuf saisons avec les Hurricanes de la Caroline — hormis son court séjour à Edmonton — avant de s'amener à Montréal.

Il fallait donc s'attendre à une période d'adaptation de sa part, mais cette période a été compliquée par le fait que Jacques Martin, l'entraîneur à l'époque, refusait de l'intégrer au jeu de puissance même si Cole était considéré l'un des six meilleurs attaquants du club. Celui-ci a persévéré au point de renverser la vapeur complètement. Après n'avoir marqué son premier but qu'à son huitième match et avoir été limité à trois filets à ses 16 premières rencontres, Cole a offert une bonne constance en enfilant 28 buts dans les 61 rencontres subséquentes.

«Je n'ai pas eu un départ terrible mais je me suis attelé à la tâche afin de tirer le meilleur parti des occasions qu'on me donnait, a commenté Cole, mercredi, après l'entraînement hors-glace qu'a tenu le Tricolore à Brossard. Il s'est développé une excellente chimie avec (Max Pacioretty) et (David Desharnais), et à mesure que cela continuait, notre niveau de confiance a augmenté en tant que trio et nous avons été en mesure de continuer à connaître du succès.

«Mais en même temps, c'est parce qu'on nous en a donné l'occasion d'en connaître, du succès», a tenu à souligner Cole.

Malgré tout, Cole ne savourera pas son exploit personnel. Pas tout de suite.

«C'est difficile d'être content de ses exploits personnels quand l'équipe a connu une saison aussi misérable, a souligné l'Américain d'Oswego, dans l'État de New York. Mais je suis certain qu'à un moment donné cet été, une fois que la déception sera tombée, après deux semaines ou deux mois, et quand je commencerai à me concentrer sur la prochaine saison, ce sera quelque chose dont je pourrais me servir comme point de départ. Je sais maintenant que mentalement, je peux avoir des attentes aussi élevées à mon endroit.»

Semer le doute

St-Denis, lui, en est à son troisième séjour avec le CH cette saison. Il avait disputé huit matchs en novembre et décembre, alors qu'il a marqué son premier but dans la LNH. Il a disputé deux autres matchs à la mi-mars avant d'être retourné aux Bulldogs, puis il est revenu dans le giron de l'équipe le week-end dernier à la suite de la blessure subie par Yannick Weber. Mardi, il a servi une belle passe à Louis Leblanc qui a permis à celui-ci de marquer au cours d'une échappée.

À chaque fois que St-Denis revient à Montréal, il sème un peu plus le doute chez les dirigeants du CH qui résistent à l'idée de lui confier un poste permanent dans la LNH.

«Je vois ça comme une bataille pour un poste, a dit l'ancien des Voltigeurs de Drummondville de sa situation actuelle, mercredi. Ça se fait dans le respect et ça rend l'équipe meilleure mais moi, dans le fond, je me bats pour obtenir un poste régulier.»

St-Denis espère terminer la saison à Montréal, même s'il s'attend à retourner à Hamilton éventuellement puisque les Bulldogs ne compléteront leur campagne que le 15 avril. C'est une semaine plus tard que le Tricolore.

En attendant, le défenseur de 26 ans, qui vise toujours de se faire une place dans la LNH, ne pense pas au fait que le temps pourrait éventuellement lui manquer.

«Honnêtement, je ne pense pas vraiment à ça. Dans le fond, je joue au hockey parce que j'aime vraiment ça, a-t-il affirmé. Mon but, c'est d'accéder à la Ligue nationale, mais j'essaie de ne pas trop penser à ça non plus parce que ce ne sont pas des choses que tu peux contrôler. Tu essaies juste de bien faire, de te défoncer à chaque entraînement et à chaque match, et d'espérer que quelqu'un remarque ce que tu fais sur la patinoire. La saison dernière, les deux Randy (Cunneyworth et Ladouceur) étaient là à Hamilton et ç'a m'a beaucoup aidé. Ils savent ce que je peux faire.»

St-Denis estime qu'en jouant de manière simple et responsable, on finira par reconnaître ses mérites.

«Nicklas Lidstrom est un défenseur de premier plan, mais ce n'est pas le genre de joueur qu'on voit souvent dans les faits saillants des bulletins de nouvelles, a-t-il fait remarquer. Il fait ses petites passes et il suit le jeu, il est toujours bien placé lors des attaques en surnombre. Il choisit vraiment le jeu simple. C'est un joueur que j'essaie de regarder.»

SUIVRE LE Québec

Publié par Myriam Lefebvre  |