Huffpost Canada Quebec qc

Après être passé proche en 2008, Francis se qualifie pour les JO de Londres

Publication: Mis à jour:
CHARLES FRANCIS OLYMPIQUES
Charles Francis a assuré sa qualification aux Jeux olympiques de Londres. (Getty) | Getty Images

MONTRÉAL - Quatre ans après être passé très proche d'aller à Pékin, Charles Francis a exorcisé ses démons dans le bassin olympique de Montréal, mercredi. Le nageur de Cowansville, en Estrie, a assuré sa qualification aux Jeux olympiques de Londres, l'été prochain, en remportant l'épreuve de 100 mètres dos de la compétition de sélection de l'équipe canadienne.

Francis a réalisé un chrono de 54,84 secondes en présence d'une centaine de membres de sa famille et d'amis pour aisément coiffer Matthew Swanston, de Newmarket, en Ontario (55,56), et Matt Hawes, d'Ottawa (55,62).

«J'ai presque manqué de jus, les cinq derniers mètres ont été longs, a-t-il commenté. Je m'attendais de réaliser un meilleur temps, avec tout l'entraînement fait. Je visais 54,40, le standard A olympique que j'avais déjà obtenu l'été dernier. Mais le chrono, c'est du bonbon. C'est mon `ticket' pour Londres que je venais chercher ici, et je suis content de ma performance.»

D'autant heureux qu'au printemps de 2008, le Québécois âgé de 23 ans avait tout juste raté sa qualification au 200 mètres dos. Il ne voulait pas que la situation se reproduise, et ça l'a rendu «un peu trop nerveux à son goût.»

«J'ai pensé quelque peu à ce qui s'était passé, il y a quatre ans. C'était un combat à finir pour moi, et j'ai porté le coup d'épée fatal. J'ai enfin la possibilité de participer aux Jeux olympiques.»

Horner radieuse

La Québécoise Stephanie Horner, de Beaconsfield, sur la rive-sud de Montréal, a mérité son deuxième laissez-passer olympique, en se qualifiant pour Londres au 400 QNI féminin.

Horner, âgée de 23 ans, a devancé Alexa Komarnycky de 44 centièmes de secondes, en 4:42,25 minutes. Vanessa Treasure, de Toronto, a fini troisième en 4:45,26.

«Je voulais vraiment gagner cette course, a t-elle lancé, radieuse. Et puis c'est la fête de mon grand-père, je me suis disais quel beau cadeau ce serait pour lui. J'ai hâte de l'appeler et de lui dire bonne fête.»

Horner s'est appliquée à rester plus détendue au cours de la première moitié de l'épreuve, au papillon et au dos, avant d'augmenter le rythme à la brasse et au style libre. Elle ne s'est pas laissée déconcentrer par Komarnycky, dans le couloir d'à-côté.

Immédiatement après la course, les deux bonnes amies ont échangé quelques mots.

«On s'entraîne fort ensemble et j'ai vraiment eu de la peine qu'elle ne se qualifie pas. Je l'ai remercié de s'être entraînée avec moi, et lui ai dit que je l'aimais. Elle m'a répondu: `je te déteste, mais je suis tellement fière de toi'. Elle est vraiment gentille et je suis sûre que nous allons continuer de nous entraîner ensemble.»

Horner est revenu de loin après avoir connu sa part de difficulté après les Jeux de Pékin. La décision qu'elle a prise de s'expatrier aux États-Unis, à Auburn, en Alabama, a été nuisible à sa progression.

«J'ai vraiment eu de la misère, a-t-elle reconnu. Ma mère m'a dit qu'elle tomberait en bas de son siège si je gagnais la course. J'ai hâte de voir si elle est toujours assise.»

L'équipe canadienne s'est enrichie de trois autres athlètes, mercredi: les Ontariennes Julia Wilkinson, de Stratford, et Sinead Russell, d'Oakville, au 100 mètres dos femmes ainsi que David Sharpe, de Halifax, en Nouvelle-Écosse, au 200 mètres papillon hommes.

Wilkinson, âgée de 24 ans, a atteint l'objectif qu'elle visait de descendre sous la barre de la minute, en 59,85 secondes. Russell, 18 ans seulement, l'a suivie en 1:00,45. Dominique Bouchard, de North Bay, en Ontario, a été troisième en 1:01,09.

Dans une fin de course enlevante au 200 mètres papillon, Sharpe est sorti de nulle part dans le huitième couloir pour souffler la victoire à son voisin Zack Chetrat, par deux centièmes de seconde, en 1:58,83. Alec Page, de Victoria, en Colombie-Britannique, a fini troisième en 1:59,99.

Mardi, six nageurs avaient obtenu leur laissez-passer, incluant Karine Rivard de Pont-Rouge. La compétition se poursuit jusqu'à dimanche au Centre sportif du Parc olympique. Les courses préliminaires débutent à 10h et les finales à 19h.