Christian Paradis blâmé par la commissaire à l'éthique

Le Huffington Post Québec  |  Par   |  Publication: 22/03/2012 13:10 Mis à jour: 23/03/2012 11:46

Christian Paradis
La commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique, Mary Dawson, blâme le ministre Christian Paradis pour son comportement à l'époque où il était aux Travaux publics.

La commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique, Mary Dawson, blâme le ministre Christian Paradis pour son comportement à l'époque où il était aux Travaux publics.

La commissaire conclut qu'il a contrevenu à la Loi sur les conflits d’intérêts en accordant un traitement spécial à son ancien collègue du caucus, Rahim Jaffer, et son entreprise, Green Power Generation, lorsqu’il a donné comme instruction à son personnel d’organiser une rencontre entre cette entreprise et des fonctionnaires de Travaux publics.

Mme Dawson estime qu'il a contrevenu à des articles portant sur le traitement de faveur et de conflits d'intérêts. «J’estime que la disposition de M. Paradis à organiser une rencontre pour son ancien collègue de caucus, bien qu’inappropriée, est compréhensible», écrit-elle dans son rapport. «Toutefois, les ministres sont en position de pouvoir et ont la responsabilité expresse d’exercer ce pouvoir de façon juste et équitable pour l’ensemble des Canadiens et Canadiennes.»

En 2009, Rahim Jaffer et son associé Patrick Glémaud ont multiplié les démarches auprès de politiciens et de fonctionnaires pour obtenir des contrats et du financement fédéral pour Green Power Generation. Jaffer a enfreint le Code de déontologie des lobbyistes, mais il n'a pas été sanctionné.

M. Jaffer a été battu par le NPD aux élections de 2008. Il a été accusé de possession de cocaïne et de conduite en état d'ébriété, pour finalement plaider coupable à une accusation réduite de conduite imprudente et payer 500 $ d'amende.

Il est le conjoint de l'ex-ministre Helena Guergis, expulsée du caucus conservateur à la suite d'allégations qui n'ont jamais été prouvées.


Suivre Le HuffPost Québec