Huffpost Canada Quebec qc

Les Canadiens plus nombreux dans les aéroports américains

Publication: Mis à jour:
Aéroport de Plattsburgh. (Photo PC/AP Photo/Press-Republican, Rob Fountain)
Aéroport de Plattsburgh. (Photo PC/AP Photo/Press-Republican, Rob Fountain)

Une nouvelle étude signale que le nombre de Canadiens fréquentant les aéroports des États-Unis afin de profiter de meilleurs prix pour leurs voyages à l'étranger ne cesse de croître.

Le Conseil des aéroports du Canada (CAC) évalue à 4,8 millions le nombre de Canadiens qui ont choisi l'an dernier d'emprunter des aéroports américains, soit 15 % de plus que l'année précédente. Bill Restall, président du conseil du CAC, affirme que ce phénomène constitue une perte financière considérable pour le Canada et qu'il est grand temps de s'y attaquer.

Non seulement le Canada perd-il des passagers, mais aussi des milliers d'emplois, des millions de dollars en salaires et des milliards de dollars en activité économique, selon lui.

Depuis plusieurs années, il est connu que beaucoup de voyageurs du Québec se rendent dans des aéroports du Vermont ou de l'État de New York pour atteindre certaines destinations. Or, l'étude du CAC révèle que le phénomène prend de plus en plus d'ampleur partout au pays.

Par exemple, selon les plus récentes données, environ 55 % des voyageurs de la région de Thunder Bay, en Ontario, ont choisi un aéroport de l'État du Minnesota.

Le Conseil des aéroports du Canada blâme les autorités fédérales canadiennes qui ajoutent des taxes et des frais aux tarifs aériens alors qu'aux États-Unis, l'industrie aérienne profite plutôt de subventions afin d'assurer que les tarifs demeurent les plus bas possible.

Transport Canada réplique que l'industrie canadienne est traitée de façon équitable et suggère aux compagnies aériennes et aux aéroports l'adoption de mesures qui les rendent plus compétitifs.

(un texte de La Presse Canadienne)

Sur le web

Prendre l'avion aux États-Unis pour économiser

Air Canada: plusieurs vols annulés à Montréal

L'IATA dénonce le fardeau fiscal canadien