Graham James condamné à deux ans de prison

Graham James

Première Publication: 20/03/2012 12:50 Mis à jour: 20/03/2012 12:51

Sous le regard de deux de ses anciennes victimes et d'une foule de curieux, l'ex-entraîneur Graham James a été condamné à deux ans de prison ferme pour avoir agressé sexuellement de jeunes joueurs de hockey, alors qu'ils étaient mineurs.

Graham James avait plaidé coupable, en décembre dernier, à des agressions sexuelles répétées sur deux de ses anciens joueurs de hockey junior, Theoren Fleury et Todd Holt, dans les années 1980 et 1990.

La Couronne réclamait une peine d'emprisonnement de six ans, alors que la défense demandait une peine avec sursis accompagnée d'un couvre-feu, d'une surveillance et d'une thérapie.

La juge rappelle les gestes manipulateurs de James

La juge Catherine Carlson a indiqué qu'elle comprenait les sentiments de colère entourant les évènements et qu'aucune peine ne semblera satisfaisante aux yeux des victimes et du public. De plus, la détermination de la peine a été compliquée par la chronologie des événements, qui se sont déroulés durant les années 1980 et 1990.

En 1997, Graham James avait été condamné à trois années d'emprisonnement pour le même genre de crime contre d'autres joueurs de hockey mineurs, dont Sheldon Kennedy.

Néanmoins, la juge Carlson s'est dite liée par le Code criminel du Canada.

Mardi, il recevait donc une peine pour des crimes commis à la même époque, à l'endroit de différentes victimes, ce que la juge a dit avoir pris en considération.

Il menaçait de détruire leur carrière, a rappelé la juge.

Catherine Carlson a évoqué la vulnérabilité des deux victimes, Theoren Fleury et Todd Holt, à l'époque des faits. Elle a spécifié que les agressions commises à leur égard étaient répétées, et que les victimes se sentaient obligées de les subir, puisque l'accusé était en situation d'autorité.

Les deux hommes avaient raconté au tribunal que leur ancien entraîneur menaçait de ternir leur carrière dans les ligues de hockey junior, s'ils ne se soumettaient pas à ses volontés.

M. James promettait à Theoren Fleury qu'il ferait carrière dans la Ligue nationale de hockey et insistait pour que le jeune Theoren reste chez lui, pour du tutorat. La juge a relaté l'agression qui a eu lieu par la suite, le sentiment d'épuisement qui a poussé l'adolescent à ne plus être capable de lutter.

Auprès de Todd Holt, l'ancien coach a aussi utilisé ce stratagème, a fait valoir la juge.

Les victimes réagissent

C'était la deuxième fois que l'entraîneur, autrefois hautement respecté, fait les manchettes. Il avait été emprisonné vers la fin des années 1990 pour avoir agressé Sheldon Kennedy et deux autres jeunes joueurs.

Sheldon Kennedy et Greg Gilhooly se sont présentés au tribunal de Winnipeg mardi pour assister au prononcé de la peine.

Greg Gilhooly, un avocat de formation, a accepté en décembre dernier que la Couronne laisse tomber les accusations d'agressions sexuelles perpétrées à son endroit par l'ex-entraîneur.

Theoren Fleury a déclaré de son côté qu'il serait absent.

Pas de caméras en cour

Lundi, la juge qui préside le procès, Catherine Carlson, a décidé de ne pas autoriser les caméras des médias lors du prononcé de la peine au tribunal.

Elle a notamment évoqué des préoccupations relatives à la sécurité pour justifier sa décision, avant d'ajouter que les images télévisuelles n'amèneraient rien à la compréhension que le public aura de la cause.

SUIVRE LE Québec

Publié par Patrick White  |