Alfa Rococo à Londres: entrevue (PHOTOS) (VIDÉO)

Le Hufffington Post Québec   Publication: 19/03/2012 13:59

Francophones et francophiles se sont rassemblés samedi à Londres pour la première édition de l’évènement musical Le français, j’adore! Les festivités soulignaient en avance la Journée internationale de la francophonie du 20 mars. Michaëlle Jean participait d’ailleurs à cet événement qui souhaite également rappeler la présence du français comme langue officielle aux Jeux olympiques.

Parmi les artistes présents, on comptait le groupe montréalais Alfa Rococo. Malgré la pluie, des centaines de personnes se sont massées au Trafalgar Square pour leur prestation. Fidèle au titre de leur dernier album, le tandem québécois a réussi à «chasser le malheur» et amener un peu de soleil dans l’esprit des Londoniens.

Alfa Rococo inquiet de l’avenir du français

Questionné sur l’importance de la langue française à leur sortie de scène, le duo, composé de Justine Laberge et David Bussières, s’est dit inquiet de l’avenir de la langue et de la musique francophone au Québec.

David Bussières souligne notamment l’importance de diffuser la musique francophone. Il se dit déçu du manque de respect des quotas francophones par les radios commerciales francophones, ainsi que des stratégies qu’elles utilisent pour contourner les règles. «Il n’y a pas de sanction! Il faudrait donner des contraventions, comme sur la route», ajoute-t-il.

Les deux artistes se questionnent également sur l’intérêt du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) à l’égard de la langue et des Québécois. «Il faudrait un ‘’CRTC québécois’’, car quand il y a des plaintes au CRTC, ça ne les touche pas tant que ça. Ils ne comprennent pas l’enjeu», conclut Alfa Rococo.

Le groupe se dit toutefois satisfait de l’implication du Conseil des arts et des lettres du Québec pour la culture québécoise et de la présence des nombreux festivals au Québec.

Le français fait voyager

Alfa Rococo ne semble pas très intéressé à l’idée de chanter en anglais, du moins pour l’instant. «Chanter en anglais, c’est un couteau à double tranchant. Ça peut ouvrir des portes, mais au Québec, ça peut en fermer aussi. On peut penser que c’est réducteur et que ça nous confine à un certain marché, mais au contraire chanter en français, ça nous ouvre des portes. C’est parce qu’on chante en français qu’on est ici (à Londres) aujourd’hui», mentionnent les deux musiciens qui ont aussi interprété leurs pièces au Liban, en France et à Vancouver.

Michaëlle Jean, gardienne du français à Londres

L’ancienne gouverneure générale du Canada était également de la fête. En plus de son rôle d’envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti, Michaëlle Jean occupe cette année le rôle de Grand Témoin de la Francophonie aux Jeux olympiques et paralympiques de Londres 2012.

C’est elle qui veillera à ce que les services, la signalétique et les cérémonies aux Jeux de Londres se conforment à la Charte olympique. «L’idée, c’est vraiment que l’on respecte la charte olympique dans sa règle 23, qui précise bien que le mouvement olympique a deux langues officielles, le français et l’anglais», nous affirmait cette amoureuse du français en entrevue samedi à Londres.

Alfa Rococo à Londres
1  sur  13
JOUER
PLEIN ÉCRAN
ZOOM
Partager cette image 
Crédits: Charles Gaudreau
SUIVRE LE Québec