POLITIQUE

Martin Singh recommande Thomas Mulcair comme second choix

14/03/2012 12:50 EDT | Actualisé 14/03/2012 12:50 EDT
CP

Le candidat à la chefferie du NPD Martin Singh, dont la victoire est peu probable, recommande à ses partisans de placer Thomas Mulcair en deuxième position sur leur bulletin de vote.

Selon le pharmacien originaire de Nouvelle-Écosse, le mode de scrutin préférentiel donne souvent lieu à ce genre d'appui.

Une entrevue téléphonique réalisée mercredi matin lui a permis de préciser sa pensée : « J'ai réfléchi pendant un certain temps. J'en suis venu à la conclusion que Thomas Mulcair était la personne la plus indiquée pour un deuxième choix, et je l'ai recommandé à mes partisans. Bien entendu, ceux-ci demeurent libres de voter comme ils le souhaitent. »

Or M. Singh n'a pas expliqué pourquoi exactement il soutient M. Mulcair. Celui-ci serait-il plus susceptible d'adhérer à son programme favorable aux milieux d'affaires ? « Si je ne remporte pas la course, Thomas sera le deuxième meilleur candidat pour diriger le parti » a été sa seule réponse.

M. Singh s'est toutefois défendu de mener une campagne officieuse en faveur de son adversaire, et a dit vouloir remporter la victoire le 24 mars.

«Brian Topp a allégué que j'étais de connivence avec M. Mulcair, il m'a qualifié de “chien d'attaque” et a même été jusqu'à dire que nos campagnes respectives étaient coordonnées. C'est complètement faux, c'est une insulte envers moi et mes partisans.»

Il y a quelques jours, Thomas Mulcair avait nié ces rumeurs de collusion dans des termes équivalents.

Pour l'instant, aucun autre candidat n'a recommandé un deuxième choix. Cela contredit les propos de M. Singh au sujet de la fréquence de cette pratique. Thomas Mulcair lui-même s'abstient d'appuyer M. Singh ou tout autre candidat.

Interrogés à cet effet, Peggy Nash, Nathan Cullen et Brian Topp ont refusé de dire s'ils allaient appuyer quelqu'un. La jeune candidate Niki Ashton a répondu qu'elle ferait une annonce durant le congrès d'investiture, tandis que Paul Dewar est catégorique et ne recommandera personne même s'il doit se retirer de la course.

En entrevue avec le Huffington Post samedi dernier, M. Dewar a insisté sur la notion d'égalité : « “Un membre, un vote” est la notion que nous devrions tous respecter. En ce qui me concerne, je n'essaierai pas d'influencer le résultat du scrutin par quelque autre moyen que ce soit. »

Pendant ce temps, Martin Singh continue de faire campagne, et affirme avoir suscité l'adhésion de 10 000 nouveaux membres du NPD. Malgré son soutien à Thomas Mulcair, il dit être dans la course pour gagner : « Mon premier choix, c'est moi ».

Cette affirmation a peu de chances de faire taire les rumeurs de collusion entre les deux camps.

INOLTRE SU HUFFPOST

NPD: les candidats à la direction