Huffpost Canada Quebec qc

Un cabinet d'avocats dépose une requête en recours collectif contre SNC-Lavalin

Publication: Mis à jour:
PIERRE DUHAIME
Pierre Duhaime, PDG de SNC-Lavalin. (PC) | PC

(Radio-Canada) Un cabinet d'avocat a déposé une requête devant la Cour supérieure de Québec afin d'obtenir l'autorisation d'exercer un recours collectif contre SNC-Lavalin et certains de ses dirigeants et administrateurs.

La requête allègue que l'entreprise et les personnes visées ont permis que des informations et des déclarations inexactes ou trompeuses, ayant un impact sur la valeur de l'action de l'entreprise, soient diffusées publiquement.

La requête souligne aussi que « certains hauts dirigeants de l'entreprise auraient été impliqués dans des activités illicites en Libye, contrairement aux affirmations diffusées par SNC-Lavalin » au cours de la période visée par le recours.

Toute personne qui a acquis des actions de SNC-Lavalin entre le 13 mars 2009 et le 28 février 2012 pourrait se joindre au recours collectif, si la justice donne son feu vert.

La requête compte demander un dédommagement évalué à 250 millions de dollars.

Il s'agit d'une nouvelle tuile pour SNC-Lavalin. La société montréalaise a connu une journée noire, mardi, son action dégringolant de plus de 20 % après l'annonce d'une série de mauvaises nouvelles, y compris une enquête sur des versements irréguliers de 35 millions de dollars.

SNC-Lavalin et la Libye

Plus tôt ce mois-ci, SNC-Lavalin a annoncé le départ de deux vice-présidents, Riadh Ben Aïssa et Stéphane Roy, dans la foulée de révélations concernant les liens que la firme d'ingénierie entretenait avec la famille de l'ex-dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi.

M. Aïssa, qui dit avoir démissionné de son poste de son plein gré après 27 ans chez SNC-Lavalin, menace de poursuivre l'entreprise, soutenant que les « insinuations trompeuses quant à son départ » ont porté atteinte à sa réputation.

L'enquête de la CBC a par ailleurs révélé récemment que SNC-Lavalin avait retenu les services d'une consultante, Cyndy Vanier, afin d'en savoir plus sur la situation sur le terrain en Libye. Cette dernière est actuellement emprisonnée au Mexique, où elle est soupçonnée d'avoir tenté de faire entrer des membres de la famille Kadhafi.