Huffpost Canada Quebec qc

Écoutes téléphoniques: l'épouse de Tony Blair poursuit News International

Publication: Mis à jour:
CHERIE BLAIR NEWS OF THE WORLD
Cherie Blair a déposé une action en justice «en raison d'interceptions illégales de messages téléphoniques». (AFP) | AFP

LONDRES - L'épouse de l'ancien premier ministre britannique Tony Blair poursuit l'entreprise médiatique britannique de Rupert Murdoch, alléguant que son téléphone a été mis sur écoute, a affirmé mercredi son avocat.

Cherie Blair a déposé une action en justice «en raison d'interceptions illégales de messages téléphoniques», a écrit Me Graham Atkins dans un courriel. Mme Blair devient l'une des personnalités les plus prestigieuses à s'attaquer à l'empire médiatique de M. Murdoch, News International, qui a mis sur écoute des politiciens, des célébrités, des athlètes et d'autres personnalités publiques bien en vue pendant des années.

Tony Blair a été le premier ministre de la Grande-Bretagne entre 1997 et 2007. Sous sa gouverne, le pays a connu une période de croissance économique soutenue en plus de s'imposer comme un joueur important sur la scène internationale.

La vie personnelle des Blair faisait régulièrement les choux gras des tabloïds britanniques. Des soupçons planaient déjà à l'effet que la ligne téléphonique de Cherie Blair puisse avoir été mise sur écoute.

L'ancien porte-parole de Tony Blair, Alastair Campbell, s'était demandé pendant longtemps comment le Daily Mirror avait appris, en 1999, que Mme Blair attendait un enfant.

Dans un témoignage écrit rendu public l'an dernier, M. Campbell écrivait qu'il avait longtemps soupçonné une amie de Cherie Blair d'être à l'origine des fuites. Mais il a signalé qu'il était «désormais certain qu'il avait tort à ce sujet», laissant entendre que des journalistes avaient pu pirater la messagerie vocale de Cherie Blair.

«Je pense qu'il est possible que les histoires aient pu être obtenues de cette façon», a-t-il déclaré devant un comité d'enquête mis sur pied pour faire la lumière sur cette histoire.

Les histoires «contenaient souvent des informations concernant les allées et venues de Cherie, le genre de détails routiniers que l'on discute au téléphone lorsqu'on prévoit des visites, qu'elles soient privées ou publiques», a ajouté M. Campbell.

L'enquête a été ouverte l'an dernier dans la foulée du scandale des écoutes téléphoniques, une pratique du tabloïd News of the World qui a éclaté au grand jour et qui a choqué la population.

Rupert Murdoch n'avait eu d'autre choix, en juillet, que de cesser la publication du tabloïd vieux de 168 ans, après que des allégations à l'effet que ses journalistes s'étaient introduits dans la messagerie téléphonique d'une jeune écolière disparue — qui a ensuite été retrouvée morte — aient fait surface.

Depuis, les policiers ont procédé à près de 40 arrestations. Des journalistes bien en vue ont été épinglés pour piratage de lignes téléphoniques ou pour des histoires de corruption impliquant des représentants publics.

L'entreprise du magnat de la presse australien a déboursé des millions pour s'entendre hors cour avec quelque 60 victimes d'écoutes téléphoniques.

Les informations précises quant au dossier de Cherie Blair n'ont pas encore été rendues publiques. Son avocat a déclaré qu'il n'en dirait pas plus pour le moment.

News International n'a pas retourné l'appel de l'Associated Press. Un porte-parole de Tony Blair a refusé de commenter le dossier.