Le Canadien ne sera sûrement pas fâché de déserter Montréal pour cinq jours

Publication: Mis à jour:
CANADIEN ETRANGER CINQ JOURS
Tomas Plekanec a raté le rendez-vous contre les Stars en raison d'un virus.. (Getty) | AP

MONTRÉAL - Ce n'est rien de personnel avec ses partisans, mais le Canadien ne sera sûrement pas fâché de déserter Montréal pour cinq jours, à compter de jeudi.

Les quatre derniers matchs livrés à domicile, particulièrement les deux derniers, n'ont guère été glorieux, se soldant par quatre défaites.

La plus récente, au compte de 3-0 contre les Stars de Dallas, était pitoyable à voir. On aurait dit une équipe n'ayant plus une once d'énergie, ou ayant tout simplement baissé les bras.

Le Tricolore est loin d'être maître chez lui: il présente la pire fiche de l'Association Est avec seulement 11 victoires en 33 matchs (11-14-8).

Le voyage de trois rencontres à Washington (Capitals), vendredi, et en Floride, à Sunrise (Panthers) dimanche et à Tampa (Lightning) mardi, arrive à point nommé. L'équipe a un dossier de 13-13-2 à l'étranger, l'ayant emporté à ses trois dernières sorties.

L'air frais de la capitale américaine ou le temps chaud de la Floride inspirera peut-être Pierre Gauthier: le directeur général a effectué sept de ses 10 dernières transactions loin de Montréal. Et comme on approche de la date limite des transactions, lundi prochain, Gauthier risque d'être fort occupé sur la route.

L'exemple du Lightning

Pour ce qui est du Canadien, autant ne plus parler de lutte pour l'obtention d'une place en séries éliminatoires dans son cas. À sept points du huitième rang dans l'Est, il ne devance que les Hurricanes de la Caroline en 14e place. Pourquoi ne pas tirer un trait sur cette saison de misère, et se tourner résolument vers l'avenir?

Le Lightning de Tampa Bay l'a bien compris, et il devance le CH de deux points en plus d'avoir deux matchs en main. Le directeur général Steve Yzerman a regarni sa banque de choix de repêchage, en se départissant des vétérans Dominic Moore, Pavel Kubina et Steve Downie.

Gauthier a posé un premier geste en ce sens, la semaine dernière, en envoyant le défenseur Hal Gill aux Predators de Nashville. Il doit enchaîner.

Le CH a 21 matchs à jouer et il devra en remporter au moins 16 afin d'atteindre le plateau des 90 points.

L'équipe n'a signé que cinq victoires en 12 rencontres depuis la pause du match des étoiles, et elle est très mal en point. Après la défaite de mardi, l'entraîneur Randy Cunneyworth a indiqué que huit joueurs ne se sentaient pas très bien. Tomas Plekanec a raté le rendez-vous contre les Stars en raison d'un virus. Mathieu Darche a dû abdiquer victime d'étourdissements. Louis Leblanc était de retour au jeu après avoir combattu la maladie.

D'autres, comme Erik Cole, sont amochés physiquement. Cole est le meilleur attaquant de l'équipe, même s'il ne joue à toutes fins utiles que sur une jambe.

«C'est frustrant et décevant, mais on va de l'avant et on doit apprendre de nos erreurs», a tranché le jeune Leblanc, mardi soir.

Celui-là devrait rester à Montréal jusqu'à la fin de la saison.

Markov dans tout ça?

Dans cette mise en situation peu encourageante, on continue d'évoquer le retour au jeu d'Andrei Markov cette saison. Cunneyworth a ravivé l'espoir, lundi, en annonçant que le défenseur russe accompagnerait l'équipe en voyage. Or, le lendemain, l'entraîneur précisait que Markov continuerait de patiner en solitaire à l'étranger.

La semaine dernière, le conseiller du Russe, Don Meehan, affirmait qu'aucune décision n'avait été prise.

Markov devra s'entraîner avec le groupe pendant au minimum deux semaines avant de revenir. Ça nous amène vers la mi-mars, à trois semaines de ranger patins et bâtons. Serait-ce logique de permettre à un joueur inactif depuis 16 mois d'effectuer un retour dans le dernier droit de la saison régulière? On pose simplement la question.

Sur le web

Le carnet de route - Canadiens de Montréal - Nouvelles