Séjours à Sagard: le PQ veut des détails sur les séjours du gouvernement

Pq Sejours Sagard

Première Publication: 16/02/2012 15:47 Mis à jour: 16/02/2012 17:28

QUÉBEC - Le Parti québécois a réclamé jeudi au premier ministre Jean Charest une liste détaillée des séjours des membres de son gouvernement au vaste domaine de l'homme d'affaires Paul Desmarais, dans l'arrière-pays de Charlevoix.

Le député péquiste Bertrand St-Arnaud, porte-parole en matière de sécurité publique, a déclaré que les membres du gouvernement devraient faire preuve de la même transparence que le président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement, Michael Sabia.

Dans un communiqué émis mercredi, la Caisse a indiqué que M. Sabia avait séjourné au domaine de Sagard, durant la fin de semaine du 12 août 2011, en compagnie de son épouse et leur fille.

En Chambre, jeudi, M. St-Arnaud a rappelé que le premier ministre a récemment admis avoir séjourné à plus d'une occasion chez l'homme d'affaires, fondateur du conglomérat Power.

«Les séjours du premier ministre et de ses ministres au domaine de la famille Desmarais à Sagard continuent de soulever beaucoup d'interrogations, a-t-il dit. Questionné à ce sujet par les journalistes, le premier ministre a d'abord refusé de répondre pour ensuite admettre être déjà allé à Sagard, avant de finalement avouer qu'il y avait même couché plusieurs fois.»

M. Charest a affirmé au député qu'il avait déjà répondu à ces questions, se limitant à répéter qu'il s'agissait de déplacements effectués à titre personnel où il n'a discuté d'aucun dossier relié à ses fonctions.

«J'ai eu l'occasion de dire que, lorsque je suis allé justement à cet endroit-là, c'était pour des activités qui étaient de nature sociale, où il y avait plusieurs centaines de personnes, et que je n'ai fait l'objet d'aucun lobbying», a-t-il dit.

La vice-première ministre Line Beauchamp a pour sa part effectué, à deux reprises, des visites de quelques heures à Sagard.

Après la publication de reportages faisant état de la visite de M. Sabia à Sagard, le bureau du commissaire au lobbyisme, François Casgrain, a entamé des vérifications.

L'objectif est de déterminer si durant son séjour M. Sabia a été l'objet de communications illégales d'influence.

La porte-parole du commissaire, Louise Andrée Moisan, n'a pas été en mesure de préciser jeudi si les vérifications pourraient viser aussi les séjours d'autres titulaires de charges publiques.

«On a commencé une vérification à partir du moment où il a été porté à notre attention, par les médias, que peut-être un entrepreneur ou une industrie avait pu, peut-être, on ne le sait pas, tenter d'influencer, (dans) un contexte favorable», a-t-elle dit.

En vertu de la loi, les représentants d'entreprises qui font du lobbyisme auprès de titulaires de charges publiques doivent obligatoirement déclarer leurs activités, en s'inscrivant au registre prévu à cet effet.

La procédure du commissaire prévoit que les vérifications servent à déterminer si une enquête est nécessaire.

SUIVRE LE Québec

Publié par Myriam Lefebvre  |