VIDEO

Îles-de-la-Madeleine: près de la moitié des foyers sont privés de courant (VIDÉOS)

13/02/2012 10:18 EST | Actualisé 14/04/2012 05:12 EDT

Les renforts et le matériel d'Hydro-Québec commencent à arriver aux Îles-de-la-Madeleine où plus de 3000 des 7000 abonnés de la société d'État de l'archipel sont privés de courant.

Vers midi, la situation s'était améliorée, alors que 2550 Madelinots manquaient d'électricité, mais en après-midi, les vents ont eu raison d'autres fils du réseau fragilisé par le poids de la glace, ce qui a fait remonter le bilan à 3010 abonnés sans courant.

Les 200 poteaux envoyés par Hydro-Québec pour remplacer ceux renversés par la tempête sont parvenus aux îles en après-midi. Des monteurs de lignes sont également arrivés sur place, avec des camions et des génératrices. Les monteurs ont déjà commencé le travail sur les sites priorisés.

Les équipes commencent par rétablir le courant dans les secteurs de Havre-aux-Maisons et Havre-Aubert, où on compte le plus grand nombre de clients privés d'électricité.

Chacun des poteaux tombés doit être déterré, puis remplacé et rebranché au réseau. Ce travail durera probablement jusqu'à la fin de la semaine. Et la température, à -30 degrés Celsius, ne se fait malheureusement pas clémente pour les travailleurs.

Le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, est arrivé en après-midi aux Îles-de-la-Madeleine. Il a expliqué qu'il venait s'assurer qu'il y aurait une bonne coordination sur le terrain entre la Sûreté du Québec, les services d'Hydro-Québec et le comité d'urgence de la municipalité. Le ministre compte rester sur les lieux durant 24 heures.

Le maire suppléant des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, se dit optimiste. « On ne peut qu'être encouragé par la situation [...] Le premier traversier est arrivé en fin de journée au port de Cap-aux-Meules avec les équipements d'Hydro-Québec, avec des camions, des poteaux et de la main-d'oeuvre », dit-il.

Témoignage des îles

À Havre-aux-Maison, Robert Noël de Tilly soutient que la situation n'est pas aussi critique qu'elle peut sembler de l'extérieur.

Même s'il n'a pas d'électricité depuis près de deux jours, son chauffage au bois lui permet de garder sa maison au chaud.

Quant à ceux qui n'ont pas de système de chauffage d'appoint, « ils se regroupent chez les voisins et ils placotent, ils jouent aux cartes », dit M. Noël de Tilly.

« Ce n'est pas la première fois. Dans les années 1980, on a eu une tempête bien plus importante. On ne voyait ni ciel ni terre pendant sept jours », relativise-t-il.

Entre-temps, Robert Noël de Tilly suit la situation grâce à la radio communautaire.

Deux centres d'hébergement

Les résidents touchés ont souvent trouvé refuge chez des parents ou des amis, et plusieurs résidents disposent de génératrices.

Le maire suppléant Jonathan Lapierre indique que les citoyens font preuve d'entraide : « Dans des moments comme on vit actuellement, je pense que cette solidarité est très importante. »

La municipalité a tout de même mis en place son plan d'urgence et a ouvert deux centres d'hébergement pour les résidents dans le besoin.

Seulement une dizaine de citoyens y ont trouvé refuge dans la nuit de dimanche, mais l'administration municipale s'attend à ce que ce chiffre grimpe au cours des prochains jours.

Toutes les écoles ont été fermées pour la journée.

Les familles qui demeurent dans leur maison sont priées de ne pas utiliser de propane pour cuisiner, en raison des risques d'incendie et d'explosion.

La Sûreté du Québec ne signale aucun incident pour le moment. Des agents ont fait le tour des résidences pour s'assurer que personne n'est en danger. Une douzaine de policiers additionnels ont été envoyés en renfort.

Témoignage des îles

Sonia Pinchaud, qui habite sur le site historique de La Grave, dans le sud-est des Îles-de-la-Madeleine, n'en est pas à sa première panne. « On est souvent les premiers touchés lorsqu'il y a des tempêtes », dit-elle.

« Celle-ci s'est passée pendant la nuit et c'est vraiment le poids de la glace qui a fait tomber les poteaux électriques en chaîne », explique-t-elle.

Même si des camions d'Hydro-Québec sont passés dans le secteur, « rien n'a bougé depuis la tempête. Mais ça devrait changer quand les équipes arriveront », dit celle qui a publié plusieurs photos sur le web depuis le début de la tempête (voir notre album photo).

Elle remarque qu'il ne semblait pas y avoir de plan d'urgence dans son secteur et que l'aide est surtout venue des parents et amis. Sonia Pinchaud a d'ailleurs trouvé refuge chez son amie Esther Noël de Tilly, qui habite dans le secteur de l'étang de la Martinique, où il n'y a pas eu d'interruption électrique.

Dans ce secteur, même si les routes sont praticables, « le plus gros problème est de déglacer la voiture », explique Mme Noël de Tilly. « Je n'exagère pas en disant qu'il y avait au moins trois pouces de glace sur ma voiture », dit-elle.

Les réparations à l'Île-du-Prince-Édouard progressent

La société Maritime Electric a dépêché des équipes supplémentaires dans l'est de l'Île-du-Prince-Édouard. Cette région est aussi touchée par des pannes.

Environ 425 abonnés étaient toujours privés d'électricité, lundi avant-midi, dans le comté de Kings. La situation s'améliore toutefois, puisque 500 abonnés étaient toujours dans le noir un peu plus tôt.

Un porte-parole de Maritime Electric, Steve Loggie, explique que le froid a provoqué les pannes. Il prévoit que le service sera rétabli vers midi.

Centres d'hébergement

Les Centres d'hébergement de La Salicorne à Grande-Entrée et du Centre récréatif de L'Étang-du-Nord sont ouverts toute la journée et toute la nuit et sont gratuits. Pour toute question, téléphonez au 418-986-3100, au 418-986-2572, ou au 811.