NOUVELLES

Les 360 CPE syndiqués avec la CSN en grève

10/02/2012 06:15 EST | Actualisé 11/04/2012 05:12 EDT
Myriam Lefebvre / Huffington Post Quebec

Selon les informations rapportées, huit mille éducatrices ont adhéré à cette première journée de grève. À Montréal, les manifestations ont débuté en matinée, alors que les éducatrices s'étaient réunies aux coins des rues Sainte-Catherine et Berri. Elles se sont ensuite rendues jusqu'aux bureaux du ministère de la Famille.

MONTRÉAL - Des milliers de parents et leurs jeunes enfants sont directement touchés, vendredi, par la journée de grève des travailleuses des 360 Centres de la petite enfance qui sont syndiquées à la CSN.

Le mouvement de débrayage vise à faire pression sur le gouvernement et les directions des CPE afin de faire avancer la négociation des conventions collectives, tant au palier national que local.

Les syndiquées se réuniront dans un parc du centre-ville de Montréal à 13h et marcheront jusqu'aux bureaux du ministère de la Famille, dans l'est de la ville.

Selon la centrale syndicale, la rémunération moyenne de ces travailleuses est d'environ 19 $ l'heure, avec un maximum de 21,65 $ après 10 ans d'ancienneté. La CSN fait aussi valoir qu'elle attend depuis deux ans le renouvellement des conventions collectives et que ses demandes ont été déposées il y a un an.

De son côté, la ministre de la Famille, Yolande James, s'est dit confiante d'en arriver à un règlement et constate des progrès dans les négociations dans les derniers jours.

«Il faut faire preuve de réalisme», a-t-elle dit depuis Victoriaville où sont réunis les députés libéraux, rappelant qu'il y avait une limite à la capacité de payer des contribuables.

Elle a réaffirmé que l'enjeu du conflit était la question du nombre de semaines de vacances des éducatrices. La position du gouvernement consiste à ajuster l'offre faite aux éducatrices à ce qui est offert aux employés du secteur public, à savoir un maximum de cinq semaines par année après 25 ans de service.

«Si on arrive à s'entendre sur les grandes orientations, j'ai confiance qu'on va pouvoir s'entendre», a-t-elle ajouté, faisant remarquer qu'il n'y avait pas d'autre journée de grève à l'horaire.

La CSN représente 8500 travailleuses dans 360 CPE répartis dans l'ensemble du Québec.

Le débrayage ne touche toutefois pas les travailleuses qui sont syndiquées à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).