Mode Montréal: Barilà, design en famille

Publication: Mis à jour:
barila, semaine de la mode de Montréal, semaine de la mode, mode, sabrina barila, claudia barila, designers, collection, printemps, été, 2012, entrevue, divertissement
barila, semaine de la mode de Montréal, semaine de la mode, mode, sabrina barila, claudia barila, designers, collection, printemps, été, 2012, entrevue, divertissement

Sabrina Barilà, la designer derrière la griffe Barilà, a présenté sa nouvelle collection printemps-été 2012 à la Semaine de la mode de Montréal (SMM). Elle redessine pour l'occasion les cols de chemise, revisite les plis et les couleurs douces, suivant le fil de l'élégance et de la sobriété.

Les mannequins posent devant une toile saumon pendant que les maquilleurs et les coiffeurs ajoutent ici un peu de rouge à lèvres, là du fixatif sur une mèche rebelle. Leurs souliers à talon haut brun acajou se distinguent nettement sur le plancher vert pomme pendant qu'ils attendent les directives du photographe.

Avec ses grandes lunettes noires qui lui donnent un air hipster et sa robe rubis profond, Sabrina Barilà s'assure que tout se déroule bien. Elle a préféré présenter sa collection sous la forme d'une séance photo plutôt qu'en défilé traditionnel. Les mannequins enchaînent en effet les poses pendant que le public détaille les vêtements qu'ils portent avec assurance.

«La femme d'aujourd'hui travaille, et elle veut des morceaux dans lesquels elle va se sentir belle, explique la créatrice. Je voulais faire une collection qui était amusante et que l'on pouvait porter au travail, une collection colorée sans être criarde qui peut aussi convenir à des soirées entre amis.»

Sabrina Barilà a fondé en 2007 la ligne Barilà avec sa sœur Claudia, qui ne participe plus au processus de création des pièces. Elle s'inscrit dans une famille pour qui la mode était d'abord un métier et non une lubie .«Ma mère est couturière. J'ai grandi dans le milieu de la mode. Je ne pensais jamais que j'allais en faire un métier. À une époque, je voulais tout faire: être percussionniste, faire de la danse... J'ai décidé de faire du design. Je commençais déjà à créer mes propres vêtements avec l'aide de ma mère. J'y ai pris goût et je suis restée dans ce domaine.»

Au naturel

Si la designer affectionne habituellement les couleurs vives et éclatantes, elle a plutôt orienté sa collection printemps-été vers une simplicité toute naturelle. «J'ai beaucoup moins utilisé de tissu lustré que je l'ai fait dans les dernières années. J'ai préféré le coton, la légèreté; des tissus très décontractés auxquels je donne un aspect glamour. Je voulais aussi que les couleurs soient organiques, douces.»

Le bleu délavé, brun café au lait, jaune pâle, rose vieilli forment la palette très pastel que propose Barilà. L'influence des années 1960 et 1970 se fait bien sentir par les motifs floraux, les pantalons amples et les silhouettes cintrées. Une robe chemise trouvée dans une boutique vintage a d'ailleurs servi de muse à Sabrina Barilà. «J'étais dans un magasin vintage de Toronto lorsque je suis tombée sur cette robe chemise étiquetée “The American Shirt Dress”. Tout de suite, je me suis dit que je voulais faire la “Montreal Shirt Dress”».

Pour la créatrice, il n'y a pas de sources universelles d'inspiration : un lieu, une personne, une musique peuvent être le point de départ d'une série de vêtements. La robe chemise peut maintenant s'ajouter à la liste de tremplins créatifs. La collection printemps-été 2012 déconstruit d'ailleurs ce morceau: les épaules sont coupées, les poches sont augmentées, la chemise n'est plus robe mais se fait également short. Le col est toujours attaché, mettant l'accent sur la série de boutons ainsi que sur les plis qui agrémentent la taille et en soulignent la finesse. La féminité et l'élégance demeurent ainsi des variables non négociables pour Barilà, qui taillent sur ces valeurs les patrons de sa griffe.

Sur le web

Semaine de mode de Montréal - Barilà | Clin d'oeil

Barilà à la Semaine de la mode de Montréal - Culture V - Vidéos - V

21e Semaine de Mode de Montréal: Barilà - Elle Quebec

SMM: entre relève et grand retour

Filed by Julie Marcil