John Baird: le Canada est un meilleur ami pour Israël que les États-Unis

Publication: Mis à jour:
JOHN BAIRD AMI ISRAEL
Le Canada est un meilleur et plus fort allié d'Israël que ne le sont les États-Unis, estime le ministre des Affaires étrangères, John Baird. (AP Photo/Dan Balilty) | (AP Photo/Dan Balilty)

OTTAWA - Le Canada est un meilleur et plus fort allié d'Israël que ne le sont les États-Unis, estime le ministre des Affaires étrangères, John Baird.

M. Baird a livré cette réflexion, entre autres, lors d'une entrevue avec le Jerusalem Post vendredi, mettant ainsi un terme à son séjour au Proche-Orient marqué par son soutien inébranlable à la position de l'État hébreu dans le conflit avec les Palestiniens.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a qualifié la rhétorique pro-israélienne du ministre Baird de simpliste, ajoutant que cela s'apparentait à un film de Star Wars où les bons s'opposent aux méchants.

En entrevue, le ministre Baird a également blâmé ses prédécesseurs qui avaient voté contre Israël dans certaines résolutions présentées aux Nations unies.

Il a aussi pris soin, comme en début de semaine, d'éviter toute condamnation directe envers Israël dans la poursuite de la construction de logements sur les territoires palestiniens. M. Baird a ainsi adouci la position précédente du Canada à ce chapitre, qui avait jusqu'ici des «inquiétudes» à propos de l'élargissement des colonies juives.

Le ministre Baird a saisi la balle lancée par son interviewer, qui l'a questionné à propos de ses commentaires tenus cette semaine à l'effet qu'Israël n'a pas de meilleur ami que le Canada.

Interrogé quant à savoir où se situait les États-Unis dans ce dossier, le ministre a répliqué qu'à son avis, Washington était aussi un bon allié, mais qu'il aimait penser que le Canada était un meilleur et plus fort ami.

Le président américain Barack Obama s'est attiré les foudres du premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou le printemps dernier, lorsqu'il avait déclaré dans un discours que les frontières antérieures à la guerre de 1967 devraient servir de base dans les nouvelles négociations pour un plan de paix au conflit israélo-palestinien.

La porte-parole néo-démocrate en matière d'affaires étrangères, Hélène Laverdière, a souligné que son parti était totalement en accord avec le fait que le Canada devrait «appuyer les Israéliens, leur droit à l'existence, leur droit de vivre en paix».

Elle a toutefois précisé que les remarques de M. Baird, cette semaine, la confortaient dans son analyse que le gouvernement de Stephen Harper était «très biaisé» à l'égard d'Israël.