LES BLOGUES
30/03/2017 01:09 EDT | Actualisé 30/03/2017 01:38 EDT

Toute la vérité sur les médailles que reçoivent les vins dans les concours

Bien que les bouteilles de vin arborant parfois des médailles d'or ou d'argent soient rarement de la piquette, elles ne sont toutefois pas toutes dignes de mention non plus.

Bien que les bouteilles de vin arborant parfois des médailles d'or ou d'argent soient rarement de la piquette, elles ne sont toutefois pas toutes dignes de mention non plus.

Il faut savoir que les vins qui sont déjà reconnus comme très bons par les critiques et le public ne participent que très rarement à de tels concours. Puisqu'ils sont déjà en haut de l'échelle, les producteurs de ces bons vins estiment qu'ils auraient plus à perdre qu'à y gagner.

Ce sont donc en général des vins peu connus ou reconnus qui acceptent de débourser les frais d'inscription pour y participer afin de tenter de se mériter ainsi un peu de reconnaissance. Disons-le ouvertement, beaucoup de ces vins sont souvent très ordinaires. Les gagnants sont peut être parfois les meilleurs, mais uniquement parmi les autres vins qui étaient inscrits au même concours.

Il importe donc de savoir quel organisme a organisé le concours, les règles d'attribution des médailles étant parfois différentes d'une compétition à l'autre. De plus, ce ne sont pas tous les concours qui jouissent de la longévité et de la notoriété du Concours général agricole du Salon de l'Agriculture de Paris, à titre d'exemple. Je ne vous dis pas ici qu'il ne faille jamais acheter une bouteille qui a reçu une médaille, mais bien qu'il vous faut être très vigilant et sélectif.

Ainsi, lorsque je décris un vin et que celui-ci a reçu une médaille, je ne le mentionne jamais, cela ne représentant pas pour moi un critère important de sélection. Ce qui prime, c'est l'évaluation personnelle que j'en fais. S'il est vraiment bon, je n'ai nul besoin d'une médaille donnée dans on ne sait quelles conditions pour m'en convaincre.

Le jury

Commençons par ceux qui évaluent les vins. Il s'agit parfois de sommeliers, de dégustateurs experts, de chroniqueurs, ou même des personnes du public, quand ce n'est pas un mélange de ces catégories de personnes.

Comme l'a déjà souligné en mai 2008 Marc André Gagnon, même si le jury n'est constitué que d'un seul type de personnes, la provenance différente de celles-ci et leurs différences culturelles, peuvent fausser le résultat.

La Revue du Vin de France a publié le 28 avril 2016 un article détaillé sur ce sujet. Plusieurs des données et des faits qui suivent proviennent de celui-ci.

L'article se poursuit sous la galerie

Lucratif pour les organisateurs

Les frais d'inscription pour les concours européens varient de 100$ à 260$ pour chaque vin présenté. Or, certains concours mettent en compétition plusieurs centaines, parfois même plusieurs milliers de vins. Par exemple, le concours du célèbre magazine anglais Decanter met en compétition plus de 16,000 vins, lui procurant ainsi des recettes de plus de 4 millions de dollars. Les revenus de ce concours comptent pour les deux tiers du revenu annuel total de cet organisme, soit plus que ceux générés par les abonnements à son populaire magazine. Mais ce n'est pas tout.

Les gagnants voudront évidemment mettre un collant sur leurs bouteilles primées pour le faire savoir aux consommateurs. Sachez que cela n'est pas gratuit. Non, non, non. Les organisateurs se font un plaisir de leur vendre ces collants à des tarifs variant entre 25$ et 90$ par tranche de mille. Et il y a des centaines de milliers de bouteilles à étiqueter!

Pas surprenant que pour la France uniquement, le nombre de ces concours vinicoles soit passé de 2013 à 2016, de 6 à plus de 130!

Vous aurez évidemment compris qu'il est dans l'intérêt des organisateurs de concours d'avoir non seulement plusieurs vins en compétition, mais aussi de donner beaucoup de médailles puisque cela encourage les producteurs à s'inscrire, lesquels auront besoin des fameux autocollants par la suite pour leurs bouteilles.

Comme le faisait remarquer le reportage de la Revue du Vin de France cité plus haut, avec de tels taux de lauréats (70% et 90%), « autant dire qu'il est plus difficile de ne pas avoir de médaille que dans décrocher une! »

Contrairement à ce que beaucoup de personnes croient, il n'y a pas qu'un seul vin qui se voit décerner une médaille d'or (ou de platine), d'argent ou de bronze, mais une multitude pour chacune de ces catégories.

Dans la courte vidéo qui suit, Ophélie Neiman, alias Miss GlouGlou et chroniqueuse vin au journal Le Monde, résume très bien la situation.

Cliquez ici pour écouter cette vidéo + 2 autres en prime!

Profitable pour les producteurs

En plus de la visibilité et de la notoriété qui rejaillissent sur leurs vins qui reçoivent une médaille, on évalue que les producteurs concernés sont non seulement en mesure de vendre ces vins primés plus facilement, mais aussi de les vendre de 10 à 25% plus cher. C'est fou ce qu'un petit collant peu faire.

Il y a aussi autre chose qui fait le bonheur des producteurs. Ce détail a été relevé par mon collègue Patrick Désy dans sa chronique de juin dernier.

Et si c'est la même approche que pour les vins importés en vrac sans aucune mention à cet égard sur les étiquettes de certains vins vendus dans les succursales de la SAQ, il ne faudra pas trop compter sur une intervention de l'Office de la Protection du Consommateur (voir ici).

Soyez donc attentif si vous considérez acheter une bouteille de vin que vous voyez pour la première fois et qui arbore une médaille attribuée suite à un concours. Si l'année où le concours s'est déroulé est antérieure au millésime de la bouteille, vous saurez que cette "distinction" n'était pas pour ce millésime.

Suite de ce billet: pour savoir comment les détaillants en profitent et quels seraient les critères d'un concours idéal, cliquez ici

Je vous recommande ces 6 vins (2 rouges et 4 blancs) dont les prix varient de 10,05$ à 21,95$, en provenance de France d'Espagne, du Portugal et d'Argentine. Même s'ils n'ont pas remporté de médailles, ils sont diablement bons!

Vins blancs

Loureiro, João Portugal Ramos, Vinho Verde, Minho, 2015, Portugal, 13,90$

Château de Pocé, Touraine, Val de Loire, 2016, France, 15,80$

Vins rouges

Coelus, Tempranillo, Grupo Ylera, Rioja, 2015, Espagne, 10,05$

Marquês de Borba, João Portugal Ramos, Alentejo, 2015, Portugal, 16,95$

Manos Negras, Stone Soil, Mendoza, 2012, Argentine, 19,70$

Graciano, Viña Ijalba, Rioja, 2014, Espagne, 21,95$

Pour télécharger la liste de ces 6 vins

Pour vos commentaires, questions, suggestions, etc., écrivez-lui en privé à : clubdgv@gmail.com

Le blogue personnel d'Yves Mailloux : Club des Dégustateurs de Grands Vins

Suivez-le sur Facebook et accéder à ses recommandations quotidiennes!

LIRE AUSSI:

» Un œuf de Pâques au gin-tonic, ça vous dit?

» Voilà pourquoi vos gueules de bois empirent avec l'âge

» Les médicaments «miracles» contre l'alcoolisme: le tabou