Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Renaissance des cépages catalans ancestraux

Quand le passé rencontre le présent pour le meilleur.

Certains des cépages ancestraux de la Catalogne que l'on sort peu à peu de l'oubli ont drôlement bon goût.

Mais comme nous le verrons très bientôt, il y a bien autres avantages à ressusciter les meilleurs d'entre eux.

Une tendance mondiale dans le monde viticole est de s'intéresser de plus en plus à des cépages quasi disparus, principalement dans les pays possédant une longue histoire dans la production du vin.

Certains cépages au fil du temps, ont en effet été délaissés au profit d'autres qui avaient des rendements plus élevés. On a ainsi remplacé plusieurs cépages ancestraux par de nouvelles variétés parfois plus faciles à cultiver et ayant la cote auprès des consommateurs.

Ce fut le cas principalement à la fin du XIXe siècle, après que le phylloxera eut dévasté la majorité du vignoble européen, et qu'il fallut repartir à zéro en replantant de nouvelles vignes sur des porte-greffes américains.

Petit à petit, une certaine uniformisation s'effectua dans le choix des cépages, au détriment des variétés locales.

La maison espagnole Torres a été fondée en 1870 dans commune catalane de Vilafranca.

La proximité d'une station de train facilitait de beaucoup le transport du vin vers l'extérieur de la région.

On doit le principal essor de cette entreprise à Miguel Torres de la 4e génération de la famille. Après des études œnologiques à l'Université de Dijon en France dans les années 60, celui-ci misa sur des cépages français pour faire connaître son entreprise.

Son vin Mas la Plana élaboré avec du Cabernet Sauvignon à partir des années 70 fit sensation.

De même que le vin de Chardonnay Milmanda dans les années 80.

Dès 1983, M. Torres qui est aujourd'hui âgé de 77 ans et qui est toujours en excellente forme, commença à mettre sur pied un programme de recherches afin de savoir si certains cépages autochtones catalans oubliés ne possèderaient pas certains avantages, tant du point de vue gustatif, viticole, qu'économique.

Afin de retrouver quelques-uns de ces anciens cépages, M. Torres fit publier dans divers journaux locaux espagnols, des annonces demandant aux viticulteurs de leur signaler des vignes qui leur semblaient être d'origine inconnue ou qu'ils n'arrivaient pas à identifier.

Les échantillons étaient ensuite envoyés à l'Université de Montpellier en France fondée il y a plus de 8 siècles, pour y être examinés et analysés. Cette université est mondialement réputée pour son centre de formation et de recherche en œnologie.

Il y eut bien sûr plusieurs fausses alertes, mais on a tout de même réussi à trouver depuis le début de ces recherches, environ 55 vignes possédant un ADN différent des autres vignes répertoriées dans le monde.

Puisque les noms de ces vignes se sont perdus dans la nuit des temps, on leur donne un nouveau nom, souvent celui du lieu où elles ont été trouvées pour la première fois.

Une fois que l'on trouve une vigne inconnue, il reste à examiner son potentiel. Les vignes que l'on trouve sur le terrain sont très souvent âgées et malades. Il faut alors prélever quelques jeunes cellules saines et les faire croître in vitro (dans des éprouvettes).

Au stade de jeunes pousses, on les fait croître en serre, pour ensuite les planter dans le vignoble expérimental. On doit attendre 3-4 ans pour une récolte de fruits. On en examine le potentiel et s'il est prometteur, on tente de voir quel type de sol et de conditions climatiques leur conviennent le mieux.

Et si l'on désire que cette nouvelle vigne soit acceptée et reconnue pour faire partie d'une appellation donnée, il faut soumettre sa candidature aux instances gouvernementales concernées.

Le processus entier peut prendre une quinzaine d'années environ.

Mais pourquoi tous ces efforts? Bien sûr il y a la fierté et la joie de mettre en valeur une partie de cet héritage perdu de la viticulture catalane, en renouant avec ce riche patrimoine. Mais il y a bien plus.

Les meilleurs cépages ancestraux que l'on a identifiés possèdent des qualités très intéressantes.

- Étant présents depuis des siècles dans leur terroir, ils se sont parfaitement adaptés au climat.

- Ils résistent mieux à la chaleur et surtout mûrissent plus lentement, condition essentielle pour faire de bons vins.

- Ils demandent la plupart du temps aucune irrigation et ressentent moins les effets du stress hydrique.

- Ils possèdent un taux d'acidité élevé apportant de la fraîcheur dans le vin.

-Le taux d'anthocyanes (pigments naturels ayant une propriété anti-oxydante) des cépages noirs est élevé, procurant des vins d'une belle coloration.

En cette période de réchauffement climatique rapide, vous aurez compris que ces caractéristiques ne sont pas négligeables.

Toutes ces belles propriétés seraient plutôt inutiles, si les vins qu'on en retire étaient mauvais!

Alors, j'en ai goûté quelques-uns pour vous, lors du passage à Montréal le 28 août dernier de M. Miguel Torres Maczassek, le fils du précédent. Ayant déjà rencontré son père à quelques reprises, j'avais bien hâte de faire la connaissance du fiston.

Âgé de 44 ans et représentant la 5è génération, celui-ci dirige maintenant avec sa sœur Mireia les destinées de l'entreprise, tout en poursuivant les travaux de recherches amorcés en 1983.

Celui-ci avait apporté avec lui des échantillons de 5 cépages ancestraux catalans que la maison Torres a identifiés comme ayant un excellent potentiel.

Non seulement je vous en livre une brève description, mais je vous montrerai également à quoi ces raisins ressemblent, en photos et en aquarelles.

La première variété est un raisin blanc et les quatre autres sont des raisins noirs.

On a planté 2,8 hectares de ce cépage au domaine Mas Palau situé dans le Penedès (sous-région de Alts d'Ancosa). Il aime les sols argilo-calcaires et mûrit lentement jusqu'à la mi-octobre. Son rendement est d'environ 38 hl/ha. Il vient d'être approuvé pour être inclus dans la liste des cépages autorisés pour l'appellation Penedès.

Il sera le tout premier cépage ancestral catalan à être commercialisé.

Millésime: 2016

Il donne des vins de couleur jaune clair, avec des parfums bien présents de fleurs blanches, d'agrumes et de caillou mouillé. En bouche, il est léger et frais, du début à la fin, et se termine sur une finale à l'impression saline. Il posséderait un certain potentiel de vieillissement. Désaltérant!

On a présentement 4 hectares de ce cépage au domaine Sant Miquel de Tremp, situé dans l'appellation Costers del Segre (sous-région de Pallars). C'est le vignoble dont l'altitude est la plus élevée de la Catalogne. Son nom réfère au lieu de sa provenance, près des Pyrénées. Il possède le même rendement et temps de récolte que le Forcada.

Millésime: 2016

Les baies macèrent pendant 6 jours; le vin est élevé dans des fûts de 2 ans d'âge. La robe du vin est rubis légèrement violacé et il en émane des arômes de framboise, de cerise noire, de myrtille, de fines herbes et d'épices douces. Sa souplesse est similaire à celle d'un bourgogne; en bouche, c'est fruité, frais et assez long. Miam!

Il existe 2,4 hectares de ce cépage qui se trouvent au vignoble Castell de la Bleda, situé dans l'appellation Penedès (sous région de Turons de Vilafranca). Son rendement est similaire au deux premiers, mais sa maturation s'achève fin septembre, début octobre. Il vient d'être approuvé pour faire partie des cépages autorisés pour l'appellation Penedès.

Millésime: 2017

Après une macération de 8 jours avec les peaux, le vin est transféré dans des fûts de chêne français, neufs à 50%, pour une période de 5 mois; sa teneur en anthocyanes est très élevée, soit plus de 1,400 ml/litre. De couleur rubis soutenue avec des reflets violets, ce vin dispense des effluves de fruits rouges et noirs, de prune et de menthol. Souple et frais en bouche, il se boit facilement.

Déjà 7,4 hectares de ce cépage ont été plantés dans le vignoble de Purgatori, situé dans l'appellation Les Garrigues, l'une des plus sèches de la région. Il arrive à maturité autour de la fin septembre, début octobre. Les baies sur ses grappes étant disséminées, son rendement est très faible, soit autour de 10 hl/ha. Par contre, il livre des vins équilibrés avec beaucoup de souplesse et possédant une belle acidité.

Millésime: 2016

Après une macération de 9 jours, le vin passe environ 2 ans en barriques de 2 ans d'âge. Arborant une robe rubis très foncé tirant sur le pourpre, ce vin possède des parfums de fruits rouges et noirs, de mûre et de fines herbes. Souplesse, finesse et longueur se manifestent ainsi en bouche. Tout à fait délectable!

Le Querol est planté sur 1,7 hectare du domaine de Sant Miquel de Tremp, dans la partie située dans l'appellation Muralles (sous-région de Conca de Brabera). La maturité survient vers la fin septembre et le rendement est aussi plutôt bas, soit de 10 hl/ha, les baies étant plutôt petites. Ayant un profil plutôt unidimensionnel, ce cépage est destiné avant tout à l'assemblage.

Millésime: 2016

On fait macérer les baies pendant 7 jours et le vin poursuit son élevage dans des barriques âgées de 2 ans. Sa robe est rouge soutenu et légèrement violacée; un peu moins aromatique que les précédents, on y perçoit tout de même des arômes de fruits rouges et noirs et de fines herbes, en bouche, il est souple, frais et de longueur moyenne.

Mais il n'est pas exclu non plus de marier des cépages ancestraux avec ceux que l'on utilise déjà. Le Grans Muralles (Les Grandes Murailles) utilise des raisins qui poussent près des remparts du monastère de Poblet, dans l'appellation Conca de Barbera.

Il s'agit d'un assemblage de cépages espagnols connus (Garnacha Tinta, Monastrell et Samso), et de cépages ancestraux catalans (Querol et Garro), ce dernier étant un cépage floral et léger.

Millésime: 2011

Après la vendange manuelle, on vinifie séparément les cépages en cuves inox. L'élevage est fait en fonction des cépages individuels et peut aller jusqu'à 18 mois dans des fûts de chêne français à grain fin. Après une sélection rigoureuse, on procède à l'assemblage final.

Un vin magnifique! Quelle complexité dans les arômes où s'entremêlent le cuir et les fruits rouges et noirs; assoupli par l'âge, ce vin affiche une incroyable souplesse en bouche, ainsi qu'un parfait équilibre. Quelle fraîcheur et quelle longueur! Je vous souhaite de pouvoir un jour y goûter.

Bien qu'encore embryonnaire, la renaissance d'anciens cépages comme ceux-ci pourrait bien représenter une partie de la solution au problème vécu par nombre de vignobles dans le monde, soit celui du réchauffement climatique. À suivre...

Cette semaine, je vous recommande 5 vins (2 blancs et 3 rouges) en provenance de 4 pays, soit de la France, de l'Italie, de l'Afrique du Sud et des États-Unis, à des prix variant de 11,45$ à 26,40$

Suivez notre chroniqueur et accédez ainsi à ses recommandations quotidiennes!

Sur Facebook (il suffit d'aimer la page) et/ou sur Twitter (abonnez-vous)

On serait fou de s'en passer!

Pour vos commentaires, questions, suggestions, écrivez-lui en privé à :

clubdgv@gmail.com

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.