LES BLOGUES
21/02/2019 13:21 EST | Actualisé 21/02/2019 13:24 EST

L'indéniable déclin de la langue française dans le monde du vin

Il semblerait qu'il est difficile d'être lu de nos jours, si on n'écrit pas en anglais.

Westend61 via Getty Images

En tant que francophone, la plupart d'entre vous préférez probablement pouvoir vous informer sur le vin en consultant des sites, des articles ou des ouvrages écrits en français.

Il est cependant facile de constater que depuis une vingtaine d'années, l'anglais est peu à peu devenu la langue qu'un journaliste, chroniqueur, auteur ou blogueur doit utiliser de nos jours pour être non seulement lu, mais pris au sérieux.

Je ne désire pas ici me plaindre de cette situation, même si je la trouve déplorable. Je ne fais que vous la rapporter.

Un palmarès dressé par Julien Miquel (un Français qui publie en anglais sur son site socialvignerons.com) des meilleurs blogues sur le vin fait état de 9 d'entre eux, tous écrits en anglais.

socialvignerons.com
Les meilleurs blogues sur le vin

Voir ici

Un peu plus bas dans son article, il publie une liste des 40 personnes ou entreprises qui ont la plus grande influence sur les médias sociaux dans le monde du vin, basé sur le nombre de leurs abonnés Facebook, Twitter et Instagram. Il y a 3 sites en français et 37 en anglais.

Il y a également une liste des 27 comptes Instagram sur le vin les plus suivis. Ils sont tous en anglais, même ceux qui appartiennent à des francophones.

Pourtant, il existe encore de grands experts en vin de plusieurs pays du monde qui écrivent dans leur langue nationale (espagnol, italien, allemand, français), mais ils sont de moins en moins lus, perdant presque de leur crédibilité dans leur propre pays. Ce faisant, les consommateurs se privent ainsi de commentaires pointus et probablement davantage pertinents.

Ce n'est pas moi qui le dis, mais bien Génaël Revel, auteur de plusieurs ouvrages sur le vin et du site internet Monsieur Bulles, dans un billet qu'il a publié le 15 février dernier.

www.monsieurbulles.com
Logo

Celui-ci dresse une analyse très pertinente de l'état des lieux: l'anglais domine maintenant outrageusement la communication mondiale du vin.

Lire l'article

Si les Français étaient reconnus il n'y a pas si longtemps pour leur grand savoir vinicole, les Anglo-Saxons ont de leur côté su profiter de l'avènement de l'internet pour imposer leur emprise et démontrer que c'est bien le marketing qui de nos jours mène le bal.

Bien que la Revue du Vin de France soit encore passablement populaire, celle-ci n'a jamais vraiment dépassé les frontières de son pays d'origine, alors que des magazines publiés en anglais (en format papier ou virtuels) tels Decanter (Angleterre), Wine Advocate et Wine Spectator (États-Unis) ont des dizaines, voire des centaines de milliers d'abonnés répartis dans plusieurs pays du monde.

Ce déclin de la langue française est dû selon moi en grande partie à la France elle-même. Alors que la plupart des critiques en vin de France ne s'intéresse presque uniquement qu'aux vins français, les chroniqueurs Anglo-Saxons se sont intéressés pour leur part aux vins du monde entier, incluant bien sûr les vins français!

Même les Français s'y mettent

Signe des temps, les Français eux-mêmes surfent sur cette immense popularité de l'anglais dans le domaine vinicole et n'hésitent plus à parsemer leur langage de mots et d'expressions anglaises. On veut sans doute montrer que l'on est à la page tout en faisant plus chic, j'imagine.

Voici un simple extrait du site www.vitisphere.com:

www.vitisphere.com
Source: www.vitisphere.com

Ainsi en France, on n'assiste plus à des dégustations de vins mais à des wine tastings, on ne parle plus d'emballage ou de présentation mais plutôt de packaging. Les opportunités d'affaires sont devenues des opportunitésbusiness, on ne fait plus de réseautage, mais du networking.

Sur une note plus humoristique, le caricaturiste Serge Chapleau, créateur de l'émission Laflaque, avait l'automne dernier, représenté cette tendance chez nos cousins français, en imaginant ce que cela pourrait donner si le président de la France Emmanuel Macron, venait acheter du vin dans une succursale de la SAQ.

ici.radio-canada.ca
Segment de l'émission Laflaque

Voir la vidéo

Conséquences

De cette domination langagière, s'ensuit une augmentation de l'influence des critiques et des chroniqueurs en vin anglophones sur les habitudes d'achat des consommateurs du monde entier.

Dans un prochain billet à venir bientôt, nous examinerons les potentiels effets de cette situation, et si ceux-ci se font sentir également au Québec.

À suivre...

Suggestions de vins de la semaine

Je vous recommande d'essayer cette semaine 5 vins (2 blancs et 3 rouges) de France, de Grèce, du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne entre 8,95$ et 19,20$.

www.saq.com
5 vins

Téléchargez la liste

Yves Mailloux est membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Écrivains en Vins et Spiritueux (FIJEV).

Suivez-le en toute confiance!

Sur Facebook (il suffit d'aimer la page) et/ou sur Twitter (abonnez-vous).

4 belles soirées de dégustation de bons vins à Montréal, ça vous tente? Reste 6 places!

Tous les détails ici