LES BLOGUES
12/04/2019 13:36 EDT | Actualisé 12/04/2019 16:26 EDT

Laïcité: un message du Québec aux députés fédéraux

Le Québec ne veut pas imposer ses institutions, sa langue et ses valeurs aux Canadiens. Ottawa ne devrait pas tenter d’imposer les siennes aux Québécois.

Les Québécoises et les Québécois veulent aller de l'avant et compléter ce projet. Les députés fédéraux à Ottawa doivent se tenir hors de leur chemin.
Roberto Machado Noa via Getty Images
Les Québécoises et les Québécois veulent aller de l'avant et compléter ce projet. Les députés fédéraux à Ottawa doivent se tenir hors de leur chemin.

Depuis la Révolution tranquille dans les années 60, le Québec a entamé le chemin vers la séparation de l'Église et de l'État. D'abord, les Québécoises et les Québécois ont démontré la volonté de se libérer de la mainmise de l'Église catholique sur les affaires publiques, particulièrement dans les hôpitaux et les écoles, où l'on a demandé aux frères et aux sœurs de s'abstenir de porter des vêtements à caractère religieux.

Ensuite, progressivement, les religieux ont été remplacés devant les classes par des universitaires. Les commissions scolaires catholiques et protestantes ont été remplacées dans les années 90 par des commissions françaises et anglaises. Finalement, l'enseignement religieux a été exclu du programme de nos écoles.

Le Québec s'est ensuite dirigé plus loin vers la laïcité. Les Québécoises et les Québécois croient fermement à la neutralité et l'impartialité entières de l'État et de ses représentants.

Pour une majorité d'entre nous, la laïcité est la meilleure façon d'assurer que chaque citoyenne et citoyen de toutes les confessions puissent se sentir également représentés et défendus par l'État, en plus d'être égaux devant la loi.

L'arrivée de nouveaux arrivants de plusieurs différentes confessions a fait revivre le débat. Lentement mais sûrement, les demandes d'accommodements religieux sont devenues de plus en plus fréquentes, soulevant questions et, souvent, frustrations parmi la population du Québec.

Les Québécoises et les Québécois n'ont pas demandé à l'Église catholique de se tenir à l'écart des affaires de l'État et dans la sphère privée pour faire plus d'espace aux autres confessions à la place.

En 2007, la Commission Bouchard-Taylor a été créée pour proposer des solutions afin d'assurer l'harmonie et la cohésion sociale dans la société québécoise. En 2013, le gouvernement du Parti Québécois a déposé la Charte des valeurs québécoises, une loi destinée à assurer la séparation de la religion et de l'État ainsi que la laïcité de l'État.

Les libéraux québécois ont plus tard déposé le projet de loi 62, en 2016, une version diluée du projet de loi proposé par le Parti Québécois qui était néanmoins basée sur ce qui était alors considéré comme un consensus au Québec sur la laïcité.

Douze ans après le début d'un débat qui a souvent paru sans fin, le gouvernement de la Coalition avenir Québec a enfin déposé un projet de loi qui pourrait clore ce qui est devenu une querelle en bonne et due forme entre des camps qui semblent avoir une compréhension complètement différente des principes en cause.

SUR LE MÊME SUJET:
» Le Bloc installe un panneau-réclame pour appuyer le projet de loi sur la laïcité
» Un nouveau départ (vert) pour le Bloc québécois
» Déclaration de revenus unique au Québec: le Bloc québécois dépose un projet de loi

Le projet de loi 21 va assurer la laïcité de l'État, qui est chère aux Québécoises et aux Québécois, sans coûter à quiconque son emploi — malgré ce que prétendent les alarmistes — et sans discrimination, puisque les mêmes règles s'appliqueront dorénavant à chaque citoyenne et citoyen sans égard pour sa religion ou son choix de ne pas en pratiquer une.

Les Québécoises et les Québécois veulent aller de l'avant et compléter ce projet. Les députés fédéraux à Ottawa doivent se tenir hors de leur chemin.

Le Canada est une grande nation. Le Québec aussi.

Le Québec ne veut pas imposer ses institutions, sa langue et ses valeurs aux Canadiens.

Ottawa ne devrait pas tenter d'imposer les siennes aux Québécois.

Le gouvernement du Canada n'a pas la légitimité pour utiliser notre propre argent, celui des taxes et impôts des Québécois, contre la volonté des Québécois.

Le Québec sait ce qui est bon pour le Québec.

Merci.

À LIRE AUSSI:

» Qu'est-ce qui empêche le régime national d'assurance médicaments d'avancer?
» «Scènes de la vie conjugale» d'Ingmar Bergman: l'amour aux dépens de l'ennui
» Laïcité: une question de perspective

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.

À voir également: