LES BLOGUES
25/11/2015 11:25 EST | Actualisé 25/11/2016 05:12 EST

Le pétard mouillé

Le party doit être pogné dans certaines chaumières; je pense, entre autres, à la permanence du PLQ, à la Ville de Laval et de Montréal, au MTQ, etc.

Le party doit être pogné dans certaines chaumières; je pense, entre autres, à la permanence du PLQ, à la Ville de Laval et de Montréal, au MTQ, etc. Imaginez un instant les faces enjouées de Monsieur TPS, Monsieur Trottoir, Tony Accurso, Gérald Temblay, Gilles Vaillancourt, Nathalie Normandeau, Jean Charest et bien d'autres. Disons honnêtement que j'en connais une gang qui va pouvoir fêter Noël en toute quiétude, à boire un bon punch (prononcé ponche) des fêtes concocté avec les deniers publics perçus en trop...

Disons tout bonnement que depuis hier soir, le party doit définitivement être pogné chez plusieurs... Malheureusement, il n'est pas trop pogné chez la majorité des contribuables, qui, encore une fois, s'est bien fait enfirouaper.

Du financement illégal, du blanchiment d'argent, de la corruption, de la collusion, des conflits d'intérêts, des liens entre une belle gang de bandits... En voulez-vous en v'là! Un beau cocktail qui aurait dû être explosif. Pourtant, le rapport déposé par la Commission Charbonneau ne semble pas trop s'en préoccuper. Pour une rare fois, le film aura été meilleur que le livre. C'est tout dire!

Que voulez-vous? Le pétard était mouillé... Mais, ne l'avait-on pas prévu? Certains diront effectivement qu'il l'avait vu venir depuis longtemps, tandis que d'autres sont aujourd'hui fortement déçus de la tournure des évènements. Pour certains, les attentes étaient élevées... trop élevées. Alors que ces derniers attendaient un « BOUM! », l'effet « Little boy » a plutôt cédé sa place à un p'ti « Pwet! », sans odeur et sans artifice. Une déception malgré tout!

Bien sûr, lors du dépôt, on nous a répété ce que l'on savait depuis belle lurette : « Il y a eu de la corruption et de la collusion à grande échelle dans l'industrie de la construction et l'appareil politique québécois ». Calvasse, c'est tout? Près de quarante-cinq millions de dollars de fonds publics, plus de 1700 pages de rapport et quatre ans d'enquête pour nous dire une lapalissade? Je peux comprendre le monde d'être en beau fusil.

Malgré plusieurs évidences, il n'y a pas eu de blâmes, pas de dénonciations, pas de coupables... pas grand-chose, finalement. Même pas une tape sur les doigts. En fait, pour tout dire, il n'y a même pas eu de consensus entre les deux commissaires chargés de rédiger le rapport. Faut le faire!

Grosso modo, tout ce cirque pour en arriver à... rien pantoute, si ce n'est quelques recommandations qui finiront par ne jamais voir le jour malgré ce que le gouvernement peut en dire. C'est le bon vieux dicton qui dit que les bottines ne suivent pas toujours les babines.

On repassera donc pour le changement de mentalités et de comportements... Vous pensez que j'y vais fort? Pourtant, pas plus tard qu'avant-hier, le BIG nous apprenait qu'un système de collusion était toujours en place à Montréal pour la gestion du déneigement de la métropole. Circulez, il n'y a rien à voir! C'est toujours comme ça au fond; on nous demande de circuler quand on devrait plutôt s'arrêter.

Bref, si j'avais à résumer en un mot l'ensemble de l'exercice, ça serait : « Pwet! ».

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Galerie photo La commission Charbonneau en bref Voyez les images