LES BLOGUES
14/08/2016 10:33 EDT | Actualisé 14/08/2016 10:33 EDT

L'obsession identitaire, la société de droit et, oui, le hijab

Encore une fois, on tape sur les musulmans, plus spécifiquement les musulmanes. Cette obsession contre le hijab chez une partie de nos intellectuels est devenue pathétique.

Encore une fois, on tape sur les musulmans, plus spécifiquement les musulmanes. Et de la part de qui? D'une femme qui a écrit le 7 mars dernier ce qui suit : «J'ai toujours cru que la plus grande victoire du féminisme, la pierre angulaire qui soutient tout l'édifice de l'égalité hommes-femmes, est la liberté de choisir et de décider ce qui est bon pour nous. La liberté d'être ce que nous avons envie d'être, de faire ce que nous avons envie de faire et de dire ce que nous avons envie de dire.»

Je parle de Lise Ravary, la chroniqueuse au Journal de Montréal qui, le 11 août dernier, a écrit l'article intitulé «Le hijab aux Olympiques».

Mme Ravary s'est plaint il y a quelques semaines sur sa page Facebook que ses détracteurs l'accusaient d'écrire contre les musulmans, et qu'il ne fallait pas comprendre ses critiques contre l'islamisme comme étant des critiques contre les musulmans.

Je ne vais pas tomber dans des procès d'intention, je vais prendre sa parole comme telle. Cependant, dans son article mentionné plus haut, Mme Ravary présente le hijab comme une arme de destruction massive, une menace à l'humanité, une menace à «nos valeurs occidentales»...

Mais pour l'amour de Zeus, Mme Ravary, si tout ça ne sont pas des attaques frontales contre les croyances sincères des femmes musulmanes voilées, c'est quoi d'abord?

En critiquant les «islamistes», avez-vous pensé que ces critiques toucheraient également les «non-islamistes»? Qu'elles ont un effet pervers sur la vie quotidienne des femmes qui portent sincèrement leur voile par conviction?

Cette obsession contre le hijab chez une partie de nos intellectuels est devenue pathétique.

Vous dites que vous faites ça «parce qu'il est du devoir des chroniqueurs de commenter les événements marquants pour inciter la réflexion. Qui sommes-nous? Quelles sont nos valeurs collectives? Quel avenir pour nos enfants?»

N'est-il pas aussi du devoir des chroniqueurs suivis par des centaines de milliers de lecteurs d'agir de façon plus responsable? Vous n'avez pas pensé à l'impact que vos mots pourraient avoir sur cette société que vous chérissez? Hélas!

J'ai toujours défendu Lise Ravary de ne pas être islamophobe. Je la suis depuis des années et je continue à refuser de croire qu'elle écrit tout ça par islamophobie. Mais là, cette obsession contre le hijab chez une partie de nos intellectuels est devenue pathétique.

Et pire, il y a de plus en plus d'allusions que la notion de la société de droit devrait être changée afin de la rendre compatible avec les valeurs de certaines personnes au détriment des autres. Clairement, si on arrive à faire ça en Occident, qu'on ne se réjouisse plus du fait qu'on est respectueux des droits humains, qu'on est une société égalitaire, que chez nous toute personne a le droit à sa liberté de conscience, de religion, d'expression. Là, on devient tout simplement l'autre côté de la médaille d'oppression.

D'ailleurs, Mme Ravary était férocement contre le projet de loi 59 qui voulait lutter contre le discours haineux. Elle a fait couler beaucoup d'encre pour manifester son indignation profonde de ce projet de loi «liberticide» sous le prétexte de la défense de la liberté d'expression. Il semble pourtant que, selon elle, la liberté de religion ne mérite pas la même déchirure de chemise et que c'est correct d'opprimer en faisant un bar ouvert à la critique de ceux pour qui la religion est intrinsèque à leur raison même de vivre.

Ces personnes-là ne s'identifient pas à l'islam avant leur identification citoyenne comme Mme Ravary veut absolument nous faire croire. Cela démontre une incompréhension très profonde de la foi musulmane. Laissez-moi vous apprendre quelque chose : l'identification religieuse n'est pas opposée à l'identification citoyenne. C'est le contraire : elles se réunissent perpendiculairement en la même personne, la première étant verticale, définissant sa relation avec son créateur ; et la deuxième étant horizontale et signifiant sa relation avec ses concitoyens.

D'autre part, Lise Ravary présente l'islam comme étant «une religion expansionniste qui ne partage pas nos valeurs libérales incluant l'égalité des sexes et la non-discrimination envers les minorités sexuelles. (Selon Environics, 43 % des musulmans canadiens croient que l'homosexualité n'est pas acceptable.)»

Vous vous basez sur quoi au juste pour arriver à de telles conclusions? Les actions des «islamistes»? Et celles des «non-islamistes» ne comptent pas, elles?

Excusez-moi, mais j'ai de la misère à croire que cette incohérence n'est pas causée par une obsession identitaire qui ne cherche que la simple élimination ou l'expulsion de tous ceux qui ne sont pas comme «nous autres».

Dès maintenant, je peux vous rassurer que ces personnes, qu'elles soient venues ou nées ici, sont là pour rester et rester pour longtemps, alors habituez-vous à ce fait, et je vous suggère de passer à autre chose afin d'éviter de tomber dans une déception chronique.

Par ailleurs, concernant ce chiffre de 43 % de musulmans (3,2 % de la population canadienne selon Statistique Canada en 2011) qui pensent que l'homosexualité n'est pas acceptable (ce qui est leur droit d'y penser à condition de ne pas tomber dans l'incitation à la haine ou la violence contre eux), vous avez omis de mentionner qu'aussi seuls 30 % des Canadiens pensent que l'homosexualité est moralement acceptable, alors qu'à l'inverse, 70 % des Canadiens pensent que c'est moralement inacceptable.

Or, on peut constater que chez les musulmans, en se basant sur vos propres chiffres, ce sont 52 % qui la trouvent acceptable! Alors, si on suit la logique simpliste de ces personnes populistes, on peut arriver facilement à la conclusion qu'après comparaison, les valeurs islamiques sont plus progressistes que les valeurs canadiennes!

Avant de terminer, j'aimerais juste comprendre ce que Lise Ravary voulait avec cette question : «Et d'ajuster l'immigration en conséquence. Je me demande bien ce qu'en pense François Legault.». Je suis sûr qu'elle ne lui suggère pas de «build a wall» ou utiliser le «Second Amendment»!

Si on veut protéger notre société, travaillons ensemble à la garder respectueuse des droits de tous ses membres, à la garder égalitaire, à la garder une vraie société de droit.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Hijab, burqa, niqab ou tchador? Voyez les images