LES BLOGUES
10/03/2017 09:20 EST | Actualisé 10/03/2017 09:20 EST

Quand Justin Trudeau joue avec le feu

Le prétexte de la menace d'extrême droite ne devrait pas servir à arrêter la réforme du mode de scrutin. Il faut au contraire la réaliser sur-le-champ afin d'éviter le pire pendant qu'il en est encore temps.

Il y a peu de temps, Justin Trudeau a annoncé qu'il trahirait finalement sa promesse de réforme du mode de scrutin sous prétexte que cela pourrait avantager l'extrémisme de droite. L'argument est bien connu et il a été tellement martelé qu'il est devenu l'un des préférés des personnes qui défendent le statu quo disproportionnel. Pour simplifier, cette idée se résume à peu de chose près à cela : avec un scrutin proportionnel, la représentation plus vaste des idées politiques laisserait une place à l'extrême droite qui pourrait récolter une mince majorité des votes et former un gouvernement de coalition xénophobe.

Or, les élections qui auront lieu d'ici peu aux Pays-Bas sont un véritable laboratoire nous permettant d'observer un phénomène qui contredit cette idée. En effet, ce pays possède un mode de scrutin proportionnel et l'ensemble du territoire ne forme qu'une circonscription. Les personnes qui siègeront à la Seconde Chambre des États généraux (l'équivalent de l'Assemblée nationale québécoise ou de la Chambre des communes canadienne) sont élues à partir d'une liste en proportion du pourcentage de vote recueilli par leur parti. Cette façon de procéder conduit presque inévitablement à des gouvernements de coalition. Pour donner un exemple, le gouvernement formé en 2012 qui était au pouvoir avant les présentes élections était composé de deux partis : le Parti populaire libéral et démocrate (centre droit) et le Parti travailliste (centre gauche).

Toutefois, une nouvelle formation risque maintenant d'arriver en tête des élections cette année : le PVV de Geert Wilders, un parti d'extrême droite populiste et xénophobe. Selon plusieurs sondages, celui-ci aurait une longueur d'avance sur les autres formations politiques. Le scénario utilisé par Trudeau pour mettre la population en garde contre une réforme du mode de scrutin est-il sur le point de se réaliser? Pour l'instant, tout le décor y est : un mode de scrutin proportionnel, un parti d'extrême droite sur le point d'arriver premier et la possibilité qu'il accède à un gouvernement de coalition. Le seul hic, c'est justement qu'il risque de ne pas pouvoir réaliser cette dernière étape même s'il arrive en premier.

Pourquoi? Parce que la majorité des autres partis ont promis de ne pas collaborer avec Wilders et que lui-même refuse de collaborer avec le Parti libéral et démocrate duquel sa formation s'est détachée pour des désaccords idéologiques. L'opposition, même fragmentée entre plusieurs petits partis, arrive donc à créer un cran de sécurité contre l'extrême droite sans que les partis aient à se saborder. Ainsi, même s'il a plus de votes que les autres partis, le PVV pourrait se retrouver devant l'impossibilité de gouverner. Est-ce démocratique? Bien sûr, puisque les partis refusant de s'associer avec lui pourraient fort probablement réunir une majorité du vote. Évidemment, tout cela est très hypothétique, car les résultats de l'élection ne seront connus qu'après le vote du 15 mars.

L'exemple américain démontre précisément qu'il est facile pour certains démagogues de se rendre jusqu'à la tête d'un parti géant dans un contexte bipartite et de bénéficier ensuite des distorsions électorales causées par un mode de scrutin non proportionnel.

Une chose est certaine : cette protection parait beaucoup plus efficace que le fameux bipartisme qui nous est vanté comme cran de sécurité contre l'extrême droite. L'exemple américain démontre précisément qu'il est facile pour certains démagogues de se rendre jusqu'à la tête d'un parti géant dans un contexte bipartite et de bénéficier ensuite des distorsions électorales causées par un mode de scrutin non proportionnel. C'est ainsi que Trump a pu gagner l'élection tout en ayant moins de votes que son opposante et c'est ainsi que Bush a pu aussi accéder au pouvoir en 2000. Quant au Canada et au Québec, rien ne garantit l'étanchéité des principaux partis par rapport à la montée d'un ou d'une habile populiste.

Autrement dit, le prétexte de la menace d'extrême droite ne devrait pas servir à arrêter la réforme du mode de scrutin. Il faut au contraire la réaliser sur-le-champ afin d'éviter le pire pendant qu'il en est encore temps. Ne rien faire serait malhonnête et ce serait également une très mauvaise idée, car en réalité, s'il est une chose qui accentue le problème de la démagogie en politique, c'est bien le cynisme. Or, rien ne génère plus de cynisme que des politiciens ou des politiciennes qui mentent ouvertement aux gens en ne respectant pas leurs promesses électorales.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Quelques dates-clés dans l'histoire des scrutins fédéraux au Canada Voyez les images