LES BLOGUES
15/09/2016 10:20 EDT | Actualisé 15/09/2016 10:20 EDT

Génération «Why»?

Contrairement aux boomers et aux X, les Y ont vu le jour dans un monde en constant recul sur les valeurs et les acquis progressistes...

Entre le début des années 80 et la moitié des années 90 apparut la génération Y. Souvent caricaturée comme apolitique ou amorphe, celle-ci est constamment victime d'un paternalisme lourd et insipide de la part des générations précédentes. Dépeinte comme individualiste et sans respect pour l'autorité par une bonne partie des boomers, critiquée pour sa lâcheté et son manque de participation par plusieurs X, il semblerait à première vue qu'une véritable génération superflue soit née. Mais qu'en est-il lorsque ces qualificatifs sont mis en relation avec le contexte de socialisation des jeunes Y?

Contrairement aux boomers et aux X, les Y ont vu le jour dans un monde en constant recul sur les valeurs et les acquis progressistes : deux référendums manqués, les progrès électoraux de partis d'extrême droite en Europe, le retour du monothéisme, la mondialisation néolibérale, l'augmentation drastique des inégalités économiques, la dégradation de l'environnement, le terrorisme islamique, le développement d'une nouvelle vague de racisme contre les personnes provenant du Moyen-Orient, le phénomène de « backlash » masculiniste, etc. Le tout dans une atmosphère politique où les puissances réactionnaires se donnent un style « rebelle ». Il n'est pas une journée sans que les animateurs de radios poubelles ne tentent de se faire passer pour des « dissidents » malgré leur soutien inconditionnel aux politiques de droite et aux forces de l'ordre qui matent les véritables dissidents et dissidentes.

«Si le ''No future'' des punks précède la naissance des premiers et des premières Y, il faut admettre qu'il s'agit bel et bien du slogan de cette génération jetée dans un monde décadent, voire nihiliste.»

Si le « No future » des punks précède la naissance des premiers et des premières Y, il faut admettre qu'il s'agit bel et bien du slogan de cette génération jetée dans un monde décadent, voire nihiliste. Les statistiques sont plus déprimantes les unes que les autres : chômage, précarité, pauvreté, endettement, problèmes psychologiques, autant de domaine où les Y se distinguent. En somme, la qualité de vie de ma génération sera fort probablement moindre que celle des deux générations l'ayant précédée et ce, sans prendre en compte les effets de la dégradation de l'environnement. Le corolaire de cet état de fait est l'inévitable absurdité du travail. En effet, pourquoi se fatiguer avec le boulot si de toute façon nous sommes condamnés à moins que nos parents et grands-parents? Pourquoi gaspiller notre énergie à travailler si c'est pour ravager la seule planète qui puisse nous permettre de vivre? La prétendue lâcheté des Y trouve ici sa source. Le sentiment de l'absurdité et de l'aliénation donne le cafard. S'il est vrai que peu de gens ont explicitement conscience du phénomène, presque tous et toutes le ressentent d'une manière ou d'une autre.

Mais tout n'est pas perdu et contrairement à l'opinion que tendent à véhiculer les paternalistes. La génération Y a en elle sa propre force émancipatrice. Son aversion pour l'autorité, son individualisme (qu'il faut distinguer de l'égoïsme) et ses exigences élevées sont de véritables bombes à retardement pour le vieil ordre conservateur. N'est-ce pas d'ailleurs pourquoi ces traits de caractère sont les plus reprochés aux membres de la génération Y? Patrons, prêtres et grands timoniers de tous les peuples craignent précisément cette pulsion libertaire qui brûle dans la jeunesse de tous les temps. Alors qu'il était autrefois très facile de corrompre les jeunes en les intégrant au travail, les promesses pécuniaires ne tiennent plus qu'à un fil aujourd'hui. Quand le système fonctionne « bien », il produit des inégalités et la classe politique en profite pour retrancher des acquis sociaux. Quand il va mal, le chômage, la précarité et l'endettement serrent les individus à la gorge.

Face au nihilisme de l'avenir proposé à la jeunesse explosent périodiquement les révoltes et il n'est pas un mois sans qu'un pays d'Europe ou d'Amérique ne soit secoué par des manifestations. Ma génération a le sang chaud et au plus profond de ses désirs se cache la revendication d'une vie libérée des mécanismes de prolétarisation qui aliènent et broient les rêves pour ne laisser que la lassitude d'une vie répétitive et déclinante. En anglais, cette génération se prononce « Why » et c'est là sa caractéristique principale. Les Y questionnent toute chose et ne se contentent pas du « parce que c'est comme ça » qui sert trop souvent de réponse. L'espoir est de ce côté.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • <strong><a href=Le mariage" />
    Getty
    Il y a quelques années, convoler en justes noces équivalait à se soumettre à un rituel convenu et ennuyeux. Or, les mariages en blanc sont de plus en plus délaissés au profit de cérémonies hautes en couleurs et humoristiques inspirées d’un film ou d’une série télévisée. Les jeunes tourtereaux tirent profit de leur mariage de manière beaucoup plus stratégique qu’auparavant, en privilégiant l’argent sonnant et les chèques-cadeaux au détriment des cadeaux traditionnels. Ils espèrent ainsi rembourser leurs dettes et mettre des sous de côté pour réaliser un projet futur.
  • <strong><a href=La famille" />
    Getty
    Fonder une famille n’équivaut plus nécessairement à concevoir ou adopter un bébé. Pour toutes sortes de raisons, de plus en plus de couples choisissent de ne pas avoir d’enfant ou de remettre cet objectif à plus tard. La pression de mettre un petit pain au four n’est plus aussi forte qu’avant ! Comme le démontre une étude récente, de nombreux jeunes couples souhaitent procréer mais n’ont pas encore établi de plan à cet effet.
  • <strong><a href=L’entrepreneuriat" />
    Getty
    Selon une étude publiée en 2014 à l’Université Bentley, la Génération Y établit un lien direct entre l’entrepreneuriat et la satisfaction au travail. Le succès professionnel se mesure aujourd’hui en termes de flexibilité et de capacité à innover. De plus en plus de gens renoncent à la routine du 9 à 5 pour se tourner vers le travail autonome, qu’ils considèrent plus attrayant malgré ses nombreux défis.
  • <strong><a href=Le travail à l’étranger" />
    Getty
    Le parcours traditionnel d’un étudiant se résume à fréquenter l’école secondaire, le cégep puis l’université pour ensuite se tailler une place sur le marché du travail. Mais ce parcours est de plus en plus ponctué de séjours en dehors du pays. Une étude récente de LinkedIn révèle que les Canadiens s’expatrient davantage à New York, San Francisco et Paris que dans toute autre ville. Qu’il prenne la forme d’un stage ou d’un emploi de longue durée, le travail à l’étranger permet d’acquérir de nouvelles compétences, de maîtriser une autre langue et de gagner en maturité. La personne qui s’en prévaut possède un avantage sur les autres chercheurs d’emploi à son retour.
  • <strong><a href=L’accession à la propriété" />
    Getty
    La situation de l’économie rend l’achat d’une maison de plus en plus difficile, que celle-ci soit entourée d’une petite clôture blanche ou non. Le recensement effectué en 2014 aux États-Unis fait état d’une chute dramatique du taux d’accès à la propriété chez les jeunes adultes. Bon nombre d’entre eux caressent toujours le rêve de posséder leur propre logement, mais préfèrent pour l’instant la flexibilité et les plus grandes liquidités qu’offre la location d’un appartement.
  • <strong><a href=La simplicité volontaire" />
    Getty
    Rivaliser avec ses voisins est un comportement dépassé. L’accumulation de biens matériels et la consommation à outrance font graduellement place à un mode de vie plus frugal. Un nombre croissant de jeunes adultes refusent d’être définis en fonction de leurs possessions et considèrent que la simplicité volontaire offre plus de liberté.