LES BLOGUES
06/11/2018 10:13 EST | Actualisé 06/11/2018 15:35 EST

La SQDC: un échec dès la ligne de départ

Il est possible de satisfaire le désir de contenir les méfaits potentiels d'une libéralisation, sans avoir à recourir à une entité étatique inefficace incapable de satisfaire la demande des consommateurs.

Martin Ouellet-Diotte via Getty Images
Il semble que la SQDC répète les erreurs de l'ancêtre de la Société des alcools duquel elle est subsidiaire.

Dès le premier jour des ventes légales de cannabis au Québec, l'organe gouvernemental responsable de la commercialisation (la Société québécoise du cannabis - SQDC) a fait l'objet d'une série de nouvelles défavorables.

Les plus saillantes font référence aux ruptures de stock et au fait que plusieurs succursales pourraient fermer. Ces deux nouvelles constituent un constat d'échec qui devrait inciter le gouvernement à changer d'approche. Certains diront que ces erreurs sont normales et temporaires, puisqu'il s'agit d'un nouveau marché. Après tout, diront-ils, il faut un certain moment afin de s'ajuster. Cet argument ne tient pas la route.

Il semble que la SQDC répète les erreurs de l'ancêtre de la Société des alcools duquel elle est subsidiaire.

Tel que nous l'avons vu avec la SQDC, La Presse rapportait en mai 1921 que la nouvelle Commission des liqueurs du Québec avait réussi à manquer d'alcool dans les premiers jours de son existence. Visiblement, les gestionnaires n'ont pas appris de leçons des débuts de leur société mère.

L'expérience du Colorado

Comparons l'expérience québécoise avec celle du Colorado – un État américain dans lequel la vente de cannabis est permise et réglementée, mais où, contrairement au Québec, elle est gérée par le secteur privé. Lorsque les ventes ont commencé dans cet État, les pénuries ont été rapidement solutionnées par les entrepreneurs locaux.

S'ils sentaient la possibilité d'une rupture d'inventaire, les commerçants augmentaient les prix afin d'effectuer un rationnement (et encourageant ainsi les producteurs à produire davantage pour satisfaire la demande). Depuis, les ventes continuent d'augmenter, puisque le signal envoyé par les consommateurs a été entendu par les détaillants et producteurs. Le nombre de producteurs a augmenté, tout comme la main-d'oeuvre employée par le secteur (de 0,1% à 0,6% de la main-d'oeuvre du Colorado entre 2014 et 2018). Dans le secteur gouvernemental, de telles incitations n'existent pas, puisque les opérateurs n'ont rien à gagner ou à perdre. Après tout, ce n'est pas leur argent qui est en jeu.

L'exemple du Colorado devrait d'ailleurs servir de modèle quant à la manière de procéder. Malgré que la vente de drogues douces se fasse par le privé dans cet État, il semble que la croissance de ce secteur n'a pas généré les méfaits sociaux qui en inquiétaient plusieurs.

Même si les ventes ont quintuplé au Colorado, il n'y a eu aucun effet statistiquement significatif sur les accidents de la route.

Plusieurs études, dont cinq publiées (ici, ici, ici, ici et ici) par le prestigieux National Bureau of Economic Research, montrent que même si les ventes ont quintuplé dans l'État du Colorado, il n'y a eu aucun effet statistiquement significatif sur les accidents de la route. Ces recherches montrent aussi qu'il n'y a eu aucun effet sur le taux de criminalité. Quant à la consommation chez les adolescents et les jeunes adultes, l'ensemble de ces recherches concluent l'absence d'un effet statistiquement significatif. En sus, il existe des bénéfices collatéraux. Par exemple, il a été constaté que la légalisation a réduit la propension à fumer des cigarettes.

SUR LE MÊME SUJET:

» Sept mythes sur le cannabis et sa légalisation

» Le gouvernement québécois devrait libéraliser la vente de cannabis

» Plaidoyer pour la légalisation de toutes les drogues

» Ça va prendre des mois avant que la SQDC soit ouverte 7 jours sur 7

Il est donc clair qu'on peut satisfaire le désir de contenir les méfaits potentiels d'une libéralisation sans avoir à recourir à une entité étatique inefficace qui est incapable de satisfaire la demande des consommateurs, en faisant passer la facture de cette ineptie aux contribuables. Il vaudrait mieux changer de cap le plus vite possible, car la SQDC n'est guère mieux qu'un étalon qui s'est effondré dès qu'il est sorti des écuries.

Ce texte a été écrit par Renaud Brossard et Vincent Geloso, respectivement directeur québécois de la Fédération des contribuables canadiens et professeur d'économie à Bates College (Lewiston, Maine)

Quelques nouvelles sur le cannabis: