LES BLOGUES
25/03/2019 15:37 EDT | Actualisé 26/03/2019 09:51 EDT

Chauffeurs de taxi: les privilégiés du système

Le nouveau projet de loi sur la réforme de l'industrie du taxi est une excellente nouvelle pour les consommateurs, et c'est ce qui est important.

Les chauffeurs de taxi sont tellement habitués à vivre avec les avantages excessifs qu'on leur a consenti pendant des années qu'ils sont décontenancés.
CHRISTINNE MUSCHI / REUTERS
Les chauffeurs de taxi sont tellement habitués à vivre avec les avantages excessifs qu'on leur a consenti pendant des années qu'ils sont décontenancés.

La semaine dernière, le ministre des Transports François Bonnardel annonçait une très attendue réforme de l'industrie du taxi. La libéralisation annoncée des pratiques de l'industrie du transport des personnes est bienvenue. Le règlement actuel était devenu largement obsolète et nuisait clairement aux consommateurs. Cette réforme vient après quatre ans de tergiversations libérales à ce sujet, le gouvernement Couillard ayant probablement été trop effrayé des possibles répercussions électorales pour avoir le courage d'agir.

Comment peut-on se plaindre autant alors qu'on vient de recevoir 500 millions de dollars?

Parlant de répercussions, celles-ci se font déjà sentir. Malgré les 250 millions consentis par le gouvernement caquiste, qui s'ajoutent aux 250 millions déjà offerts par le précédent gouvernement, les chauffeurs de taxi crient au meurtre et sont scandalisés. Ces 500 millions sont pourtant un compromis plus que raisonnable dans le contexte, qui permet aux chauffeurs d'être compensés, tout en respectant la capacité de payer des contribuables.

Les chauffeurs de taxi ne l'entendent pas ainsi

Ils sont en grève générale pour protester contre ce nouveau projet de loi du gouvernement. C'est complètement irréaliste. Comment peut-on se plaindre autant alors qu'on vient de recevoir 500 millions de dollars?

Les chauffeurs de taxi ont été longtemps une caste particulière d'ultra-privilégiés dans la société québécoise.

Les quotas, les permis en nombre limité et les restrictions territoriales leur ont donné l'opportunité pendant des années, voire des décennies, d'engranger des surplus phénoménaux sur le dos des consommateurs.

Ils ont profité de leur cartel pour charger des prix largement exorbitants, faire de l'évasion fiscale dans certains cas, et spéculer outrageusement sur la valeur de permis qu'ils avaient obtenu pour une bouchée de pain. Et tout cela en offrant un service plus que médiocre pour les usagers.

Ils n'ont d'ailleurs jamais amélioré ce service d'un iota avant qu'arrive une compétition plus que saine de la part d'Uber et leur force la main. Et encore aujourd'hui, le service laisse souvent à désirer.

Maintenant qu'on leur enlève leurs privilèges, ils se lamentent et continuent de vouloir défendre leur statut particulier. Pourtant, il ne s'agit que d'un juste retour du balancier. Ils sont déjà bien chanceux de recevoir 500 millions de dollars alors qu'ils ont passé tout ce temps à profiter de leur position pour prendre des mêmes personnes qui aujourd'hui leur remboursent leurs excès.

Le nouveau projet de loi sur la réforme de l'industrie du taxi est une excellente nouvelle pour les consommateurs, et c'est ce qui est important.

Les chauffeurs de taxi sont tellement habitués à vivre avec les avantages excessifs qu'on leur a consentis pendant des années qu'ils sont décontenancés. Ils ne savent plus ce qu'ils vont faire maintenant qu'ils ont le même statut que tous les autres.

Bref, qu'ils fassent la grève. Cela ne va que donner le champ libre à Uber et aux différents compétiteurs qui pourront s'installer et montrer aux consommateurs qu'ils sont la véritable option par rapport à des taxis qui vraisemblablement n'arriveront jamais à s'extirper du carcan de leur modèle et de leur mentalité d'une autre époque. Le nouveau projet de loi sur la réforme de l'industrie du taxi est une excellente nouvelle pour les consommateurs, et c'est ce qui est important.

À LIRE AUSSI:

» «La Société des poètes disparus»: la poésie au pouvoir!
» Mesurons l'impact des deux derniers budgets sur les sans-logis
» Les thérapies de conversion? C'est la compétence de l'autre!

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.