LES BLOGUES
24/08/2018 13:02 EDT | Actualisé 24/08/2018 13:07 EDT

Élections: quand la communication est le nerf de la guerre

En cette ère des réseaux sociaux, de la communication instantanée et du dialogue continu avec les citoyens, la communication est l’arme ultime.

Getty Images/iStockphoto
La communication est l’arme ultime, l’objectif le plus clair et le nerf de la guerre durant une campagne électorale.  

Le Québec est en élections générale. Attendue depuis plus d'un an à cause des élections à date fixe, cette joute électorale s'annonce des plus excitantes tant la volonté de changement semble forte, mais instable, chez les électeurs des quatre coins de la province.

Cette campagne débute aujourd'hui, mais elle s'annonce depuis déjà plusieurs semaines avec une pré-campagne très active de la part des partis et des positionnements très clairs en termes de communication.

Comment se positionnent les messages des partis

Que ce soit la CAQ avec son «faire plus, faire mieux» qui faisait appel à ceux qui pensent que le Québec va bien mais que le gouvernement devrait en faire plus, le PQ avec une campagne d'autodérision osée et critiquée, mais très réussie en terme de visibilité à un faible coût, le PLQ avec sa campagne «François Legault, pas sûr». Les partis ont tous débuté leurs communications publiques il y a plusieurs semaines et sont déjà très avancés dans le positionnement de leurs messages.

D'ailleurs, les slogans de campagne viennent dans deux cas, sur les quatre principaux partis, répondre à leur pré-campagne ou compléter leurs messages. Le Parti québécois répond à sa propre autodérision avec le slogan «Sérieusement», une façon de tourner la page sur l'humour et de passer aux sujets sérieux en campagne. Un pari audacieux pour un parti qui débute son élection dans une position peu enviable de 3ème, à 11 points de son plus proche rival.

Pour la CAQ, le slogan «Maintenant» est à mes yeux le plus clair et le plus efficace de cette campagne.

Pour la CAQ, le slogan «Maintenant» est à mes yeux le plus clair et le plus efficace de cette campagne. À l'image du «Nous sommes prêts» de Jean Charest en 2003, la CAQ positionne un appel à l'action simple et d'une redoutable efficacité auprès de ceux qui veulent du changement. De plus, il prend en considération ceux qui pourraient remettre en question leur choix en leur rappelant que c'est maintenant que l'opportunité se présente.

Pour Québec Solidaire, le slogan «Populaire» est une tentative claire d'élargir sa base électorale dans le public de gauche en tentant de courtiser les péquistes de gauche désabusés. «Populaire» étant plus large que «Solidaire», ce slogan permettra certainement à QS des déclinaisons intéressantes et une voix portante au sein de cet électorat.

Le PLQ tentera de repartir à la conquête des familles sous toutes ses formes, des femmes et des 35-55 ans qui les ont désertés.

Finalement, dans le cas du parti sortant, un bilan économique réussi, selon la plupart des spécialistes, leur permet d'espérer que la volonté de changement s'estompe et qu'ils puissent décrocher un second mandat, même minoritaire. Pour ce faire, le PLQ tentera de repartir à la conquête des familles sous toutes ses formes, des femmes et des 35-55 ans qui les ont désertés et qui se sont sentis attaqués par la plupart des mesures d'austérité.

«Pour faciliter la vie des québécois» est un slogan dont les déclinaisons seront intéressantes, mais qui nécessitera surtout des propositions concrètes qui frappent l'imaginaire. Un peu étonnant qu'un parti avec un bilan aussi enviable en termes d'économie n'ait pas mis plus d'emphase sur ce sujet. Cependant, le temps nous dira si cette stratégie de reconquête de son électorat de 2014 portera ses fruits.

En cette ère des réseaux sociaux, de la communication instantanée et du dialogue continu avec les citoyens, la communication est l'arme ultime.

Une chose est claire et commune à tous les partis. En cette ère des réseaux sociaux, de la communication instantanée et du dialogue continu avec les citoyens, la communication est l'arme ultime, l'objectif le plus clair et le nerf de la guerre durant une campagne électorale.

Vous verrez durant les 39 prochains jours, tous les partis user d'imagination, d'investissements et de multiplication de contenu pour tenter de contourner les médias traditionnels et vous transmettre directement leur message. Quelles seront les moyens de communication privilégiés? Quelle sera l'utilisation des nouveaux réseaux sociaux, tels qu'Instagram ou Snapchat? Y'aura-t-il une émergence de fausses nouvelles? Voilà autant de questions auxquelles nous serons attentifs durant cette campagne électorale.

À LIRE AUSSI:

» Élections: il arrive quand le programme cohérent d'enseignement de la littérature québécoise?

» Que vaut la parole d'un politicien?

» Gertrude Bourdon au PLQ: «Vive la nouvelle politique»

À VOIR AUSSI: