LES BLOGUES
05/09/2018 13:51 EDT | Actualisé 05/09/2018 13:58 EDT

Pas de candidates «poteaux» à la CAQ!

Il faut rappeler aux autres partis qu’ils présentent, eux aussi, des candidats dans ces circonscriptions. Ces hommes et ces femmes sont-ils des sacrifiés?

THE CANADIAN PRESS
En nous accusant de la sorte, le chef péquiste s'en prend à 65 femmes qui ont choisi la CAQ de François Legault.

La récente sortie de Jean-François Lisée est une attaque directe à la démocratie. Ainsi, selon lui, nous sommes plusieurs à n'être que des candidates «poteaux» et membres d'un parti qui présente une «parité de façade».

En nous accusant de la sorte, le chef péquiste s'en prend à 65 femmes qui ont choisi la CAQ de François Legault. Je suis l'une de ces candidates et je fais effectivement campagne dans un château fort. Cela ne fait pas pour autant de moi une candidate «poteau». Nous avons réussi un exploit en politique québécoise: celui de se porter candidates sous une même bannière lors d'une élection provinciale.

Notre engagement politique dépasse le simple désir de victoire. Au quotidien, notre implication a un impact direct sur les générations futures, en inspirant jeunes filles, femmes et membres de la diversité.

Nous avons toutes choisi, de plein gré, et pleinement conscientes de la grandeur de la tâche qui nous attendait, de nous présenter dans les circonscriptions où nous croyons pouvoir faire une différence. Depuis le jour de notre annonce, nous avons toutes investi temps et énergie, car nous croyons que tous les citoyens méritent d'avoir des choix le 1er octobre.

M. Lisée, devrait-on donc s'abstenir d'offrir à ces communautés, à ces gens qui contribuent tout autant à la société québécoise que les citoyens résidant dans les circonscriptions dites «prenables», des candidats de qualité, prêts à les défendre et à se battre pour leurs intérêts?

Il faut rappeler aux autres partis qu'ils présentent, eux aussi, des candidats dans ces circonscriptions. Ces hommes et ces femmes sont-ils des sacrifiés?

Le doute que l'on tente de faire planer sur la qualité des candidatures féminines m'oblige à rappeler aux autres partis qu'ils présentent, eux aussi, des candidats dans ces circonscriptions. Est-ce donc dire que ces candidats sont des «poteaux» eux aussi? Ces hommes et ces femmes sont-ils de simples sacrifiés? Quel message envoie-t-on à la population québécoise avec une telle logique?

Oui, nous sommes plusieurs femmes à nous présenter dans ces «châteaux forts», mais nous gardons toutes en tête une certaine Geneviève Guilbault, un soir d'octobre 2017, qui a su faire tomber l'une des plus fortes forteresses libérales.

M. Lisée, nous sommes loin d'être des candidates «poteaux».

À LIRE AUSSI:

» Parti québécois: actif ou passif pour l'indépendance?

» CAQ: des promesses en santé qui vont nous coûter cher

» Pourquoi je vais appuyer Québec solidaire