LES BLOGUES
19/02/2013 02:01 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT

Val-Jalbert: Entre intimidation et démocratie

Agence QMI

L'intimidation

Tout citoyen occidental peut se vanter de vivre en démocratie. Du moins de cette démocratie que certains rêvent d'exporter partout comme étant la façon ultime et idéale de vivre en société. Sauf que, dans la pratique, l'exercice de cet idéal démocratique se bute souvent à des gens de pouvoir qui l'exercent à leur manière. Et leur manière est à des années-lumière de l'idéal que l'on chérit tous. Mardi passé le 5 février, il y avait réunion ordinaire de la MRC Domaine-du-Roy à Roberval au lac Saint-Jean, réunion présidée par son préfet, M. Bernard Généreux. Une vingtaine d'opposants au projet de minicentrale à Val-Jalbert se sont présentés pour poser quelques questions au préfet et maires présents. Seulement voilà, et de façon totalement illégale, les autorités de la MRC ont décidé, par la voix de policiers de la Sûreté du Québec, de limiter l'accès à la réunion.

En réponse à ce déni flagrant de démocratie, une dizaine d'opposants ont déposé une plainte formelle au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT) puisque, de source bien informée, aucune MRC ne peut refuser l'accès, même partiellement, à ses assemblées. Il est intéressant de mentionner ici que le titulaire du MAMROT est le député-ministre de Jonquière, M. Sylvain Gaudreault, et que celui-ci a déclaré le 16 février dernier dans LeQuotidienSurMonOrdi.ca: «Ce projet ira de l'avant, c'est certain». Un beau mal de tête pour M. Gaudreault en perspective!

Comme si cet affront à la démocratie n'était pas assez, M. Pascal Gagnon, directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Roberval en rajoute d'assez cavalière façon. Sur le site web de la Chambre de commerce et d'industrie de Roberval, M. Gagnon répond aux propos que MM. Amir Khadir de Québec solidaire et M. François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec, ont tenus lors de leur conférence de presse conjointe avec Fondation Rivières, vendredi passé le 15 février, où ils demandaient l'arrêt immédiat du projet de minicentrale à Val-Jalbert. Jusque là, tout est bien sauf qu'en fin d'article on retrouve cette extraordinaire mention: «Les commentaires sont fermés». Et voilà pour la démocratie! On repassera. Fait cocasse, l'article de M. Gagnon est daté lui aussi du 15 février.

La démocratie

Du côté de la démocratie, la CSOV et l'Alliance Pekuakamiulnuatsh l'exercent de belle façon. À Mashteuiatsh, les opposants au projet de barrage ont décidé de se prévaloir d'une disposition des statuts du Conseil de bande (Pekuakamiulnuatsh Takuhikan) et de demander des élections anticipées. En effet, la signature d'un registre par 25% de la population oblige les dirigeants à déclencher des élections après trois ans du mandat au Conseil de bande, au lieu des quatre ans habituels. La population de Mashteuiatsh est d'environ 2000 habitants. La semaine passée, des opposants ilnus ont demandé au Conseil de bande qu'un registre soit ouvert à cet effet, et deux jours plus tard 528 personnes avaient signé le registre. Il y aura donc des élections anticipées à Mahsteuiatsh au printemps. Le chef de bande, M. Clifford Moar, se pose présentement des questions sur son avenir politique. Il n'est pas dit qu'il se représentera au printemps. L'avenir nous le dira!

À Val-Jalbert, des membres de la Coalition pour Sauver la chute Ouiatchaouan à Val-Jalbert (CSOV) et de l'Alliance Pekuakamiulnuatsh ont installé une vigie pour assurer une présence permanente de la coalition et des Ilnus aux abords du site. Tente-prospecteur, petit poêle à bois et chaleur assurée...au propre et au figuré. Plusieurs gens de Roberval et des environs ont pris l'habitude de visiter le campement-vigie pour partager leur désapprobation vis-à-vis de ce projet insensé, antidémocratique et économiquement illogique. Même les représentants des différents médias viennent y faire leur tour pour y cueillir les derniers développements ou impressions. Longue vie à la vigie et merci à ceux et celles qui assurent l'intendance du campement.

2013-02-18-VigieCSOV.jpg


2013-02-18-AAAP1910806001.JPG

À VOIR AUSSI

Les pires projets énergétiques, selon Greenpeace