LES BLOGUES
17/10/2016 08:08 EDT | Actualisé 17/10/2016 08:08 EDT

Le défi lancé par Habitat III: réussir la ville des 20 prochaines années

Du 17 au 20 octobre, la planète convergera à Quito, en Équateur, pour le Sommet Habitat III de l'ONU. Ce sont 30 000 participants, gouvernements, décideurs, entrepreneurs, ONG, citoyens, qui poseront les fondations d'un Nouvel agenda urbain pour les 20 prochaines années.

Nous sommes dans un monde désormais urbain. Plus encore, nous sommes aux premières loges d'une fascinante transition urbaine, porteuse de progrès et de crises, génératrice de prospérité et d'exclusion, source d'innovations et de bouleversements. Car l'ampleur du mouvement d'urbanisation en cours est colossale. Aujourd'hui, plus de la moitié de la population mondiale vit en ville dans des conditions très variables. Au Canada, nous sommes 80 % à résider en milieu urbain. En 2050, plus des deux tiers des êtres humains seront urbains. La transition urbaine des prochaines décennies sera celle de tous les défis pour assurer le développement durable de l'humanité.

Du 17 au 20 octobre 2016, la planète convergera à Quito, Équateur, pour le Sommet Habitat III de l'ONU. L'objectif est d'accélérer l'engagement mondial vers le développement urbain durable. Ce sont 30 000 participants, gouvernements, décideurs, entrepreneurs, ONG, citoyens, qui poseront les fondations d'un Nouvel agenda urbain pour les 20 prochaines années.

Et si Montréal pouvait être une de ces villes inspirantes?

Cette feuille de route planétaire marquera un point de rupture dans notre rapport à la ville; la ville n'est plus source de tous les maux. La ville génère aujourd'hui des solutions aux défis écologiques, sociaux et économiques, à condition de réussir la ville par et pour tous. Et si Montréal pouvait être une de ces villes inspirantes sur ces conditions ?

Depuis Habitat II en 1996, notre écosystème urbain montréalais s'est transformé à la faveur de l'engagement citoyen et d'une démocratie urbaine renouvelée. Au même moment, le Centre d'écologie urbaine de Montréal prenait vie, fondé par des citoyens engagés qui rêvaient d'un modèle urbain basé sur une démocratie participative, le développement durable et la qualité de vie des citoyens. Leurs idées, qualifiées parfois d'utopiques il y a 20 ans, contribuent aujourd'hui à animer le grand chantier urbain. La transformation urbaine démocratique qui se vit depuis 20 ans dans la métropole dessine les contours d'un développement urbain durable au cœur du Nouvel agenda urbain mondial;

  • La ville génératrice de solutions est inclusive. Elle propose des espaces publics aménagés pour tous. À l'image de Montréal, elle imbrique des instances de gouvernance représentatives de la diversité: le Conseil jeunesse, le Conseil interculturel, le Conseil des Montréalaises. Elle innove avec une Charte montréalaise des droits et responsabilités, 1re ville en Amérique du Nord à se doter d'un tel outil démocratique. Elle permet à tous, d'âges et d'origines variés, d'aménager leurs ruelles, d'accéder à un réseau culturel public enviable.
  • Cette ville de tous les défis est résiliente. Elle propose des aménagements écologiques, multiplie les saillies vertes, déploie sa forêt urbaine, structure une trame verte et bleue, agit sur les îlots de chaleur.
  • Elle sera sécuritaire, car tous peuvent profiter de ce bien collectif qu'est l'espace public, en fréquentant les parcs, en socialisant avec les voisins, en s'arrêtant entre deux arrêts de bus la nuit.
  • La ville compacte et dense sera porteuse de solutions, en favorisant les connexions, la marchabilité, les rues partagées, en se dotant d'outils tels que la Charte du piéton, en faisant place aux toits verts et blancs, aux ruelles vertes, à l'inclusion obligatoire de logements abordables.
  • La ville des réussites sera durable. Elle met en place des alternatives comme le vélo en libre-service, l'autopartage. Elle développe les conditions à l'expansion de l'agriculture urbaine autant qu'à l'émergence de modèles économiques solidaires et circulaires.
  • La ville du développement urbain durable sera participative. Elle se dotera de mécanismes démocratiques forts, tel l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) et proposera une gouvernance de proximité, à l'image de nos arrondissements. Elle se définit avec et pour les citoyens par des processus de co-création, de planification participative, de transparence et de gouvernement ouvert. La ville participative adopte des mécanismes de décisions collectives, à l'image du budget participatif où citoyens et institutions codécident de projets. Elle reconnaît la société civile et l'engagement des communautés, pensons ici aux Tables de quartiers implantées sur l'ensemble du territoire. Elle valorise l'implication des citoyens qui contribuent à la qualité de vie urbaine, le design tactique, la réappropriation de l'espace public par des gestes simples et concrets.

Elle est aussi imparfaite et critiquable. Et c'est tant mieux, car elle ouvre les opportunités d'aller plus loin. D'inviter citoyens et organisations à redéfinir cette ville que nous voulons. Dans notre monde désormais urbain, il devient central de développer le pouvoir d'agir des citoyens et d'augmenter les capacités des communautés pour créer une ville à échelle humaine. C'est le défi que nous lance Habitat III, de réussir la ville inclusive, résiliente, sécuritaire, compacte, durable et participative. C'est ce chantier collectif qui animera le Centre d'écologie urbaine de Montréal dans les 20 années à venir, à Montréal, au Québec et ailleurs au Canada.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les 10 villes où il fait le mieux vivre dans le monde Voyez les images