LES BLOGUES
15/03/2018 09:00 EDT | Actualisé 15/03/2018 09:00 EDT

Une chambre d'ami dans un «bunkie»

Une chambre de plus à ma maison et une valeur ajoutée non négligeable à considérer.

Véronique Bettez

Au Québec, on entend parler depuis plusieurs années de la tendance des micro-maisons, alors que le festival des minimaisons qui a lieu l'été au Vieux-Port de Montréal en sera déjà à sa 4e édition en 2018. Les minimaisons ont tellement soulevé l'intérêt des gens que l'Expo-Habitation de Montréal a inclus les mini-chalets finlandais comme attraction spéciale pour son prochain salon. Ces petites maisonnettes peuvent en effet sembler idylliques, telle une cabane de hobbit sortie tout droit d'un roman fantastique, mais il n'en demeure pas moins qu'elles sont minuscules. Bien que tous les urbanistes s'entendent pour dire qu'on en est à l'ère de la compactabilité et des quartiers à échelle humaine, n'en demeure pas moins que le rêve américain persiste chez bien des gens.

Pour ma part, je rêve d'une gigantesque maison avec une mezzanine et un étage uniquement pour mon cellier ; j'ai donc un peu de difficulté à comprendre l'engouement. Par contre, pour mes parents qui en sont bientôt à leur retraite et qui ont beaucoup moins d'énergie que dans leur jeune trentaine, l'avenue est tentante. Plus d'enfants à la maison, moins d'espace donc moins de ménage à faire, pourquoi avoir plus quand on peut se contenter de moins ? En ce qui me concerne, avec ma petite famille, on voit plus grand que ça !

J'ai pourtant flanché...

Eh oui, je me suis laissé tenter l'an passé par une de ces cabanes, mais pas n'importe laquelle. Je suis tombée par hasard sur une compagnie qui vend des cabanes en bois en ligne ! En naviguant à travers leur site, j'ai vite compris que ce n'étaient pas de minimaisons dont il était question, mais de quelque chose de bien plus pratique : un bunkie. Puis, un besoin s'est créé en moi. Alors qu'on peut les acheter pour avoir plus d'espace de rangement pour les outils de jardin, les bunkies peuvent également servir de refuge dans les bois, de maisonnette sur le bord d'un lac, de studio de yoga dans notre jardin et bien plus. Très abordable, leur prix s'apparente à celui d'un cabanon, mais leur look est beaucoup plus soigné et élégant. J'ai personnellement opté pour l'utiliser comme chambre supplémentaire pour mes invités. De cette façon, je m'assure que mes partys sont à la hauteur des espérances de mes convives et qu'ils n'auront pas à prendre le volant après une soirée bien arrosée. Bien joué de ma part !

Mon projet

Après avoir choisi le modèle qui me convenait pour l'utilisation que je voulais en faire, le processus d'achat en ligne de la compagnie choisie me permet de personnaliser mon bunkie en y ajoutant un porche ou des boites à fleurs. J'opte tout de même pour le modèle non « up-gradé » et je passe au panier. S'ensuit un road trip en amoureux jusqu'à leur usine en Ontario pour aller chercher notre commande.

De retour à la maison, mon amoureux et moi nous installons dans le jardin, avec les enfants, pour installer notre nouveau meuble Ikea. L'installation se fait extrêmement bien et mon chum est aux anges ; il bricole sa propre cabane et se sent homme ! Je suis également aux anges puisque le lendemain, le projet est terminé avec la touche finale et tout est bel et bien à sa place. Je me suis amusée dans les semaines suivantes à le peindre et le décorer pour nous assurer que cette chambre sera douillette pour les gens qui y logeront. Prochaine étape : nous installerons cet été de l'électricité et du chauffage pour qu'elle soit fonctionnelle à l'année. Résultat : une chambre de plus à ma maison et une valeur ajoutée non négligeable à considérer pour le prix que cela m'en a coûté.