LES BLOGUES
22/07/2018 06:00 EDT | Actualisé 22/07/2018 06:00 EDT

Pas de paix mondiale sans investissement dans l’éducation

C'est la meilleure façon de faire en sorte que les enfants réalisent leur plein potentiel, de briser le cycle de la pauvreté et d'offrir aux enfants des perspectives d'avenir.

La jeune réfugiée rohingya, Sofiat, âgée de 7 ans, prend part à une classe dans le centre d'apprentissage Kokil de l'UNICEF, dans le camps pour personnes réfugiées d'Unchiprang, à Cox's Bazar, au Bangladesh.
© UNICEF/UN0158183/Sujan
La jeune réfugiée rohingya, Sofiat, âgée de 7 ans, prend part à une classe dans le centre d'apprentissage Kokil de l'UNICEF, dans le camps pour personnes réfugiées d'Unchiprang, à Cox's Bazar, au Bangladesh.

Texte écrit par David Morley, président et chef de la direction, UNICEF Canada

Au Canada, les enfants entament leurs premières semaines de vacances estivales, mais pour plusieurs autres enfants dans le monde, les vacances d'été n'existent pas, pour une raison bien simple: ils ne sont jamais allés à l'école. À l'échelle mondiale, un enfant sur cinq est déscolarisé, ce qui représente plus de 263 millions d'enfants privés de leur droit à l'éducation.

À l'UNICEF, nous croyons qu'il est inacceptable qu'un seul enfant voie son droit d'apprendre être bafoué. Il est par conséquent inconcevable que 263 millions d'enfants en soient privés.

L'éducation est un droit fondamental et représente les espoirs, les rêves et les aspirations de millions d'enfants partout dans le monde. C'est la meilleure façon de faire en sorte que les enfants réalisent leur plein potentiel, de briser le cycle de la pauvreté et d'offrir aux enfants des perspectives d'avenir. Or, pour ce faire, nous devons nous efforcer de faire tomber les barrières qui empêchent l'accès à l'éducation, en particulier pour les filles, à améliorer la qualité de l'éducation, à impliquer tous les acteurs au sein des communautés, à former le personnel enseignant et à veiller à ce que les enfants disposent des outils nécessaires pour leurs études.

Scolarisation lors d'une situation de crise

Les derniers mois ont été marqués par la tourmente. Nous avons été témoins de la souffrance de trop d'enfants en raison des conflits qui sévissent. Que ce soit les enfants ayant fui la persécution au Myanmar, les jeunes ciblés par des bombardements au Yémen, les enfants forcés de fuir les zones de combats incessants en Syrie, ou les filles aussi jeunes que sept ans utilisées comme des bombes humaines par Boko Haram dans le nord-est du Nigéria, ces enfants sont victimes de conflits auxquels ils ne devraient pas être mêlés, et ils ont toutes et tous cruellement besoin d'aide humanitaire.

Les enfants représentent plus de la moitié des personnes réfugiées à l'échelle mondiale, et 50% de ces enfants réfugiés sont déscolarisés.

En temps de crise, l'éducation est souvent l'un des premiers services à être suspendu et l'un des derniers rétablis. L'éducation est pourtant la clé pour outiller les enfants et leur permettre d'avoir espoir en un avenir prometteur. Sans éducation, nous pourrions perdre des générations entières.

À LIRE AUSSI:

» Qu'est-ce que ça prend pour vivre libre et heureux?
» Médicaments d'ordonnance: quand plus n'est pas toujours mieux
» Suicide de mon frère: pourquoi n'ai-je pas été assez?

À VOIR AUSSI: