LES BLOGUES
18/03/2013 01:57 EDT | Actualisé 18/05/2013 05:12 EDT

Mes seins, je les tripote

Afin d'encourager les femmes à se prendre en main, la Fondation québécoise du cancer du sein vient de lancer sa nouvelle campagne québécoise dont le dévoilement eu lieu le 6 mars dernier. Elle a comme objectif principal d'inciter les femmes à faire l'auto-examen de leurs seins pour apprendre d'abord à bien connaitre leur corps afin de savoir repérer ensuite toute anomalie qui pourrait éventuellement entraîner un problème de santé»

courtoisie
breast cancer woman holding...

Petite poire ou grosse pomme, trompette ou noisette, chaque sein possède une forme particulière qui lui donne une personnalité unique et dont la signature se lit à la pointe du mamelon. Naturels ou refaits, qu'ils habillent un 32A ou un 38DD, ils sont une source infinie d'inspiration pour les artistes et poètes tout comme ils font l'objet d'une fascination sans borne pour les bons et mauvais garçons. Coquins, les seins s'amusent depuis toujours à jouer à cache-cache, afin de stimuler l'imaginaire de ceux qui cherchent à les deviner. Tantôt libres et dansants, comprimés dans des bandeaux ou bombés par des corsets bien lacés, les seins ont ponctué l'histoire en étant tour à tour, simple organe nourricier, symbole provoquant des mouvements d'émancipation et objet démesurément érotique.

Toute petite fille attend leur naissance et jubile de les voir pousser sous son chemisier, affirmant ainsi sa nouvelle appartenance à un monde résolument féminin.

Cependant en 2012, 5,200 femmes au Canada auraient sans doute souhaité ne jamais appartenir à ce cercle privilégié. Touchées par un cancer du sein, 14 d'entre elles mouraient tous les jours. Cette année là, 22,700 nouveaux diagnostics de cancer du sein changèrent à jamais leur vie.

Ces chiffres sont le reflet d'une réalité inquiétante. L'insouciance semble malheureusement toujours régner alors que les gestes à poser en vue du dépistage du cancer du sein sont encore trop peu pratiqués.

Afin d'encourager les femmes à se prendre en main, la Fondation québécoise du cancer du sein vient de lancer sa nouvelle campagne dont le dévoilement eu lieu le 6 mars dernier à l'hôtel W. Orchestrée par Morin Relations publiques, cette campagne a comme objectif principal d'inciter les femmes à faire l'auto-examen de leurs seins pour apprendre d'abord à bien connaitre leur corps afin de savoir repérer ensuite toute anomalie qui pourrait éventuellement entrainer un problème de santé.

Le mot d'ordre de la campagne: #jelefais, fait tache d'huile sur les médias sociaux.

Connaitre ses seins est essentiel. Et pour connaitre ses seins, eh! bien, il faut les regarder, les toucher et les examiner. Et à quelle fréquence devons-nous nous plier à cet exercice ? Plus souvent que vous ne le faites actuellement c'est certain.

Je vous assure que si aucune femme n'est encore décédée de s'être tripoté les seins, combien en sont morte de ne pas l'avoir fait ? Alors, dans la douche, sur le lit, au sol ou dans le hamac; chez les amis, dans les vestiaires du gym ou au bureau pendant la pose; en sirotant votre café le matin, en écoutant la télé le soir ou en regardant le coucher de soleil en vacances, il n'y a pas d'endroits particuliers ou d'horaires spécifiques à respecter pour vous examiner, mais une seule consigne : Faites-le !

Vous ne savez pas comment procéder? Un petit guide très pratique est disponible ici

Soyez une des milliers de femmes fières de dire: JE LE FAIS!

Passez le mot... des seins en santé, c'est contagieux ! Voyez la VIDÉO de la campagne