LES BLOGUES
08/01/2015 12:03 EST | Actualisé 10/03/2015 05:12 EDT

«Fini le lait», ou comment j'ai arrêté l'allaitement

Au départ, je n'étais même pas sûre de «réussir» les six mois «tant recommandés» dans les cours prénataux. Je disais que j'allais «essayer», si «tout va bien». Mais les six mois ont passé, ont doublé, triplé... !

Ce soir, tu as brossé tes dents comme une grande, en avalant la moitié de la pâte à dents.

Puis, j'ai attaché ton pyjama pendant que tu hurlais «tic» à chaque bouton.

Puis, je t'ai allaitée, et on a chanté.

Puis je t'ai déposée dans ton lit avec Miaow, et tu m'as dit B'nne 'Wi!

Ce que tu ne sais pas, c'est que cette routine est finie à tout jamais. Car demain j'arrête l'allaitement. Tu ne le sais pas encore, mais tu t'en doutes, parce que depuis quelques temps déjà tu bois de moins en moins.

Mais demain je «tire la plogue» comme on dit! Ce moment devait arriver, mais à la différence de d'autres mamans qui pratiquent l'allaitement prolongé, je m'étais fixée une date butoir.

Au départ, je n'étais même pas sûre de «réussir» les six mois «tant recommandés» dans les cours prénataux. Je disais que j'allais «essayer», si «tout va bien». Comme si, en prédisant l'échec, la déception allait être moindre. Comme si, en jouant la désinvolture, je diminuais son importance.

Mais les six mois ont passé, ont doublé, triplé... !

Je vois déjà les commentaires sous cet article allant de «je n'ai jamais allaité et mon enfant est en parfaite forme» à «pourquoi brusquer l'enfant à arrêter, pourquoi ne pas attendre qu'il le fasse à son propre rythme?! »

Car quand il s'agit d'allaitement, il n'y a jamais de bonne réponse, de bonne manière de faire. On marche sur des œufs, on se justifie, on tente de convaincre l'autre, on se culpabilise, on se pète les bretelles, on souffre, on s'émeut. Rares sont les sujets qui soulèvent autant les débats et les passions! Et pourtant, y'a-t-il vraiment de quoi se mettre dans tous ses états? Tout ça me semble tellement lointain, tellement dérisoire...

Je disais donc :

Je t'ai déposée dans ton lit avec Miaow, et tu m'as dit B'nne 'Wi!

Puis je suis sortie sur la pointe des pieds, en essayant de ne pas m'enfarger dans les blocs.

Puis je me suis assise sur le divan du salon.

Puis j'ai mis la tête sur l'épaule de mon conjoint.

Puis, j'ai lâché un lent, doux, interminable soupir.

VOIR AUSSI :

Galerie photo Comment venir en aide aux nouvelles mères Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter