LES BLOGUES
02/04/2017 08:21 EDT | Actualisé 02/04/2017 08:21 EDT

Québec doit s'assoir avec les groupes de conservation pour atteindre ses objectifs

Le budget Québec 2017-2018 n'est pas aussi vert qu'on aurait pu rêver, mais il comporte somme toute certaines mesures encourageantes pour les écosystèmes qui entourent et traversent nos villes.

Le budget Québec 2017-2018 n'est pas aussi vert qu'on aurait pu rêver, mais il comporte somme toute certaines mesures encourageantes pour les écosystèmes qui entourent et traversent nos villes.

En tant que coordonnateur du Mouvement Ceinture Verte, je vois de manière favorable l'implantation d'une compensation pour la destruction de milieu agricole dans la Communauté métropolitaine de Montréal. En effet, cette mesure est un pas intéressant pour réduire l'étalement urbain qui se fait dans les milieux agricoles. Bien que nous préconisons le concept de zéro perte nette, il s'agit d'un premier pas dans la bonne direction.

Notre mouvement est également heureux de retrouver dans le dernier budget du ministre Leitao des investissements de 14 M$ sur cinq ans pour la restauration de milieux prioritaires au lac Saint-Pierre. Ceci permettra d'amorcer l'amélioration des écosystèmes, et laisse présager un avenir plus brillant pour ce site de l'UNESCO.

Le gouvernement du Québec doit donc s'assoir avec les groupes de conservation pour atteindre ses objectifs.

Par ailleurs, l'affectation de 45 M$ (dont 15 M$ provenant du gouvernement du Québec) pour la protection de la biodiversité est également un élément important, mais reste insuffisante pour atteindre les objectifs de 17% de protection des milieux naturels d'ici 2020 dans le cadre des engagements pris à la conférence de Nagoya sur la biodiversité. Il s'agit là d'un élément très important: la protection des milieux naturels dans les zones plus denses de population se révèle d'une importance beaucoup plus grande en matière de services écosystémiques. Le gouvernement du Québec doit donc s'assoir avec les groupes de conservation pour atteindre ses objectifs.

Notre mouvement considère aussi que le gouvernement québécois doit réserver des sommes pour la reconduction du programme de 150 M$ de la Communauté métropolitaine de Montréal pour la phase 2 du programme de la mise en œuvre de la Ceinture et trame verte et bleue dans son prochain budget.

Finalement, nous aurions aimé voir une stratégie d'investissement encore absente du budget: les infrastructures naturelles. Après les investissements fédéraux qui leur donnent une part intéressante, une stratégie est encore à planifier au niveau provincial.

Le Gouvernement du Québec devra mettre les bouchés doubles et se donner une stratégie de haut niveau en investissement dans les infrastructures naturelles. Il doit se pencher sur sa stratégie de financement des organismes de conservation et des villes pour la protection et la restauration des infrastructures naturelles. Ceux-ci ont la connaissance et l'expertise pour atteindre les objectifs de conservation.

Le Mouvement Ceinture Verte est une coalition, mise en place à l'automne 2012, demandant la création d'une ceinture et trame verte et bleue pour le Grand Montréal permettant de créer un réseau dynamique de milieux naturels et agricoles protégés, et de maintenir la biodiversité en plus de pallier à la perte de contact des citoyens avec la nature.

LIRE AUSSI:

» Des militants écologistes manifestent au centre-ville

» Samsung fait une annonce qui fait plaisir à Greenpeace

» Malgré Trump, la transition vers les énergies renouvelables est inévitable

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST