LES BLOGUES
08/02/2017 09:21 EST | Actualisé 08/02/2017 09:21 EST

Médias sociaux: ignorance, mégaphones et complots

Un bon complot simplifie tellement les choses : à quoi bon chercher à comprendre, puisque le monde entier est pourri jusqu'à la moelle ? Et les journalistes sont devenus leurs boucs émissaires de prédilection.

« Il y a une corrélation très forte entre le racisme et le fait d'être incapable de construire une pensée par écrit » déclarait Adib Alkhalidey dans une entrevue publiée dans La Presse+ du samedi 4 février.

Ce fut une excellente semaine pour le constater. Les médias sociaux sont devenus le terreau des théories du complot et de la haine débridée. Vous avez sûrement remarqué que les propos les plus agressifs et les plus tranchants sont généralement écrits dans un français de quatrième année. Et à l'avenant, on y prêche une réalité alternative qui découle directement du ras-le-bol des masses, qui se sentent impuissantes devant la complexité des enjeux. Un bon complot simplifie tellement les choses : à quoi bon chercher à comprendre, puisque le monde entier est pourri jusqu'à la moelle ? Et les journalistes sont devenus leurs boucs émissaires de prédilection.

Car l'ignorance gagne beaucoup de terrain depuis quelque temps. On voit ce que ça donne chez nos voisins du Sud, et ce cancer de l'esprit se répand chez nous. La faiblesse de la réflexion et l'absence de pensée structurée en mènent plusieurs à détourner le sens d'un événement afin de ravitailler leur lubie démagogique. Le tout dans une langue approximative qui dénote un sérieux manque d'instruction et des raccourcis même pas intellectuels qui révèlent un vide sidéral au niveau des arguments et des références pouvant étoffer une prise de position.

La tuerie de Sainte-Foy a ainsi servi d'exutoire pour exprimer la haine du fédéralisme ou promouvoir un nationalisme étroit, critiquer les féministes ou exhumer le passé douteux de Philippe Couillard. Et bien sûr, suggérer une pléthore de complots obscurs. Parmi les perles lues sur Facebook : les étudiants en journalisme seraient « préformatés », le cas des femmes autochtones de Val-d'Or serait un complot ourdi par Amir Khadir et les féministes, Breitbart serait devenu le média le plus populaire en Amérique, tous les journalistes de La Presse seraient des chroniqueurs d'opinion déformant les faits et Radio-Canada serait d'extrême droite selon les uns ou d'extrême gauche selon les autres. Aussi bien ajouter que les recherchistes de l'émission Enquête sont les mêmes que ceux des Recettes pompettes...

Les conspirationnistes les plus néfastes, en ce moment, sont ceux qui nient férocement l'existence d'une presse professionnelle.

Elle est à la mode, cette marotte d'accuser les médias de tout et son contraire. Les conspirationnistes les plus néfastes, en ce moment, sont ceux qui nient férocement l'existence d'une presse professionnelle. Tous les médias seraient manipulés. Ce qui revient à mettre LaPresse prolibérale et Le Devoir, un journal d'idées centre-gauche, dans le même sac. Même L'Écho de Saint-Glinglin ferait partie de la machination.

Ces penseurs-fastfood ont ceci en commun d'avoir un petit Trump qui pousse dans leur tête, préférant se « documenter » sur Google et sur des sites obscurs ou des vidéos anarchistes sur YouTube plutôt que de croire tout média établi, pour ensuite cracher leur vérité absolue dans les mégaphones sociaux, incapables qu'ils soient d'étayer leurs théories byzantines avec des faits, des exemples, des citations ou des sources vérifiables, tant leur inflexibilité est fanatique.

Avec leur manie de généraliser, ils s'abstiendront bien sûr de reconnaître qu'un magazine comme L'Actualité condamne l'hypocrisie du Canada en matière de vente d'armes ou qu'un reportage de l'émission Enquête a conduit à la création de la Commission Charbonneau. Ils refuseront aussi de croire l'indépendance intellectuelle du New York Times qui pourfend le nouveau président sans relâche et qui compte 300 000 nouveaux abonnés en ligne depuis septembre dernier, une hausse de près de 20% de leur lectorat.

L'ignorance génère un flot grossissant de complotistes convaincus de posséder la vérité et l'on trouve de plus en plus de facebooknautes qui se prennent pour des éditeurs de journaux et qui sont persuadés, du fond de leur tanière imperméable, que d'avoir accès à un clavier et à un auditoire cybernétique les transforme ipso facto en éditorialistes éclairés.

Et puis tout le monde le sait, Neil Armstrong a été filmé dans un studio par Stanley Kubrick en juillet 1969...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les radiodiffuseurs publics les mieux financés par habitant Voyez les images