LES BLOGUES
09/01/2015 05:30 EST | Actualisé 11/03/2015 05:12 EDT

La sortie de crise de François Hollande

Quelques heures après le dénouement des deux prises d'otages à Dammartin-en-Goël et Porte de Vincennes, le président de la République française, François Hollande, a appelé les Français « à la vigilance, à l'unité et à la mobilisation ». Aux commandes depuis trois jours de la gestion de la plus importante crise depuis son élection en 2012, le président Hollande s'est aussi proposé d'accompagner les Français, dimanche à Paris, lors de la grande manifestation en hommage aux victimes de Charlie Hebdo et des autres attentats depuis mercredi. Dimanche, le président français sera accompagné, a-t-il annoncé, de plusieurs chefs d'États et de gouvernements « pour porter ces valeurs de démocratie, de liberté, de pluralisme auxquelles nous sommes tous attachés et que l'Europe, d'une certaine façon, représente ».


C'est en accompagnant les Français dans le deuil et dans la commémoration des victimes que François Hollande a décidé de clore la gestion des opérations visant à « mettre hors d'état de nuire » les assassins et de protéger les otages, et le maintient d'une cohésion sociale si nécessaire dans un tel contexte de crise. Sa prise en charge et sa présence aux yeux des Français aura été jusqu'ici irréprochable.

L'appel lancé vendredi vise à permettre à tous les Français de « vivre tranquillement et calmement » leur deuil et de démontrer « notre détermination à lutter contre tout ce qui pourrait nous diviser ». Il en appelle, une fois de plus, à l'unité nationale pour éviter la division et « de ne faire aucun amalgame », soulignant que les assassins « n'ont rien à voir avec la religion musulmane ».

Après trois jours de stupeur, de rage, de pleurs et d'inquiétude, les Français ont besoin de calme et de recueillement. François Hollande crée le climat propice pour permettre à la France de sortir plus fort. Seule ombre au tableau à ce chapitre, la polémique entourant la participation de Marine Le Pen et de son parti, le Front national.

Si le président français a su, dès le départ, reconnaître et prendre en charge la gestion de la crise, il aura à reconnaître qu'il y aura désormais un « après » et que la France, sans nul doute, vient de changer. Dans quelques jours, saura-t-il prendre les bonnes décisions? Car si la gestion d'une crise se résout généralement par un retour à la normalité, dans ce cas-ci il est difficile de croire que tout sera comme avant.

Si François Hollande a su gérer les attentats, saura-t-il maintenant en gérer les conséquences sociopolitiques?

LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

- Pour Cabu, Charb, Wolinski et tous les autres... - l'hommage d'Anne Sinclair et la rédaction du HuffPost France

- Tuerie à Charlie Hebdo: soutien à mes collègues - Xavier Delucq

- Je cherche Charlie partout - Charly Bouchara

- Couvrez ce Saint que je ne saurais voir - Sylvain Raymond

- Le monde de Charlie - Yanick Barrette

- Pas si solitaires, les loups... - Yves-François Blanchet

- Nommer l'ennemi - Jacques Tarnero

- À fleur de peau - Caroline Dubois

- À Bernard Maris, homme délicieux - Jacques Sapir

- Ils ont tué deux de mes plus chers amis, mais pas leur essence - Mohamed Sifaoui


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Unanime, la presse rend hommage

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter